#10147
TortuegénitaleTortuegénitale
Participant

Bonsoir (Plus généralement : Salut!) à tous!

Voilà un extrait de ma présentation, postée ce soir, qui doit avoir sa place ici à mon avis 😀

 »

La première idée qui me vient : j’ai gardé en moi l’Aneros Helix une nuit. Point négatif : je le sentais, donc ma nuit était moins profonde (pas de beaucoup non plus) que d’habitude. Point très positif : le lendemain = admission de mes fantasmes, idées nouvelles quant à ma sexualité, mon pourcentage d’orientation sexuelle, et ce qui est bon quand on est passif (à moitié en réalité). Pour être franc, ce qui ne pouvait pas se faire psychologiquement de ma part s’est fait fait par le biais du plaisir complètement nouveau ressenti lorsque je me suis masturbé, de façon tout à fait classique, ce beau lendemain, à 2 reprises. J’ai eu l’impression que je ne pouvais faire autrement que d’avoir du plaisir à penser ce que je pensais, et à ressentir ce que je ressentais. Ce qui est en effet compliqué quand on est débutant, c’est que le plaisir n’est pas suffisamment grand pour dire à nos petites voix intérieurs de foutre le camp, et c’est souvent la psychologie réprobatrice qui l’emporte sur le terrain du corps.

Un autre point : celui de la relaxation. Je lis beaucoup de témoignages en temps libre, et les témoignages français ont tous été lu (ici comme ailleurs: forum du site officiel Aneros). Nombreux sont les membres à porter une importance toute particulière, et même les plus avancés, à la relaxation. J’ai tendance (fâcheusement? en tout cas spontanément) à ne pas porter la même attention à cela. Le temps manque aussi, avec les études.. Souvent le début est très sympa, puis ça se noie, et puis ça remonte, et ça n’est plus pareil, c’est plus diffu. Merci pour la précision aurais-je envie de vous faire dire. En fait, c’est hyper-galère de pointer une précision quelconque là dessus. C’est donc la raison pour laquelle il est difficile aussi de se situer sur le chemin, du point débutant, au point premier-Super-O. Je dirais tout de même que, sur le graphique d’intensité de plaisir proposé par NXPL, je me situe au maximum de mon plaisir juste derrière ce que j’ai envie d’appeler le Mont-Blanc (orgasme éjaculatoire classique, qui nous laisse fatigué derrière). Seulement là, j’aimerais faire l’Everest, en plus celui là n’est pas dangereux ! Mais qu’il est difficile.. il faut avoir l’intelligence de la grimpe.

 »

Voilà 🙂 à très vite je l’espère!