#10172
AndranerosAndraneros
Modérateur

A mon tour : Oh la la !… (en anglais « Oh my God ») Ce n’est pas possible !
<<Hier vers 23h30 je me couche après avoir inséré l’Helix. Je me détends soigneusement, je développe mes fantasmes pour faire monter mon excitation ; je me concentre sur toutes mes sensations périnéales, anales et prostatiques. Pendant une heure et demis je ressens des vagues de plaisir / chaleur / bien-être profond qui irradient de mon bas-ventre et remontent le long de ma colonne vertébrale. L’intensité de ma jouissance croît peu à peu mais sans aucun enclenchement automatique. Je dois accompagner mes sensations par de légères contractions volontaires pour relancer le mouvement. Dans le même temps je dois récupérer plusieurs fois l’Helix qui cherche à prendre l’air chaque fois que je suis sur le point d’être submergé mais sans trop de conséquences sur le déroulement de ma session. Repu par l’intensité qui malgré tout continue de progresser, je me laisse aller dans le sommeil.
Vers 5h et quart je suis peu à peu réveillé par ces vagues familières qui reviennent d’elles mêmes sans que je ne fasse rien. Elles m’emmènent pendant 1 heure dans une atmosphère complètement ouatée et prennent suffisamment de consistance pour que je me sente au bord de quelque chose de nouveau. D’une part l’Helix ne ressort plus, d’autre part j’ai l’impression de ressentir la caresse du masseur sur la prostate comme jamais.
Vers 6h30 j’adopte une stratégie nouvelle ; je me lève, retire l’Helix, passe aux toilettes, prépare le Progasm et retourne au lit vers 7h avec le Progasm en place. En quelques minutes mon nouvel ami me conduit là où je m’étais arrêté mais surtout commence à prendre le contrôle. Les vagues de plaisir s’accumulent les unes après les autres. Je ne fais que me concentrer sur ce que je ressens, cherchant à approfondir mon état de détente parallèlement à l’augmentation de l’intensité du plaisir qui m’envahit. Je prends conscience des contactions anales qui enfoncent le Progasm de plus en plus fort. Mes vagues de plaisir, habituellement calmes et douces, me font onduler sur le drap comme un serpent, Ma respiration m’échappe complètement. Brusquement je jouis, je sens mon pénis submergé par des spasmes violents, qui se succèdent sans fin. Je suis incapable de dire si cet épisode a duré 30 secondes ou 5 minutes. Je pense avoir eu une superbe éjaculation. En réalité mon organe est à moitié flasque et complètement sec. Pendant que je me remets d’une émotion nouvelle et incroyablement profonde, mon Progasm poursuit son travail et me fait à nouveau plonger dans la béatitude. Chaque séquence commence par une vague de plaisir, qui prend de plus en plus d’intensité et déclenche d’extraordinaires pulsations périnéales qui envahissent le pénis..>>
Je ne sais pas combien de fois j’ai vécu ce délice. Je suis retombé dans le sommeil et réveillé vers 9h. Depuis ce matin et encore ce soir je continue de ressentir une petite boule de plaisir palpitante que je suppose être ma prostate.
C’est tout nouveau et je ne sais pas encore si je pourrai recommencer mais j’ai bon espoir de renouveler très vite cette expérience. Par contre je ne me sens pas capable de définir dans l’échelle des « O » où j’en suis exactement, « dry O » ou « super O ». Cela a finalement peu d’importance.
J’espère que cette description aidera ceux qui cherchent encore ,comme les précédentes descriptions m’ont aidé à prendre conscience que j’étais plus près de l’orgasme prostatique que je ne le pensais.