#10255
L.A. GreyL.A. Grey
Participant

Bonsoir !

Je ne peux m’empêcher de vouloir vous répondre, tant je me suis reconnue dans la situation que vous décrivez.

Nous sommes également un couple très heureux et très complice sexuellement, et ce, depuis le début de notre relation.

Assez vite, Monsieur a eu envie de sodomie, mais j’étais beaucoup plus hésitante, et de même que votre compagne, je me « forçais » pour lui faire plaisir, mais n’en tirais moi-même aucun. Parfois il arrivait même que ça soit douloureux.

Le problème ne venait pas du tout de mon chéri, qui s’y est toujours pris au mieux pour cette pratique. Mais j’avais un très gros blocage quant à la pratique en elle-même. Pour moi c’était sale, douloureux, il était impossible d’en tirer du plaisir, etc.

Le dialogue a parfois été difficile, mais à force, nous avons réussi à surpasser ce blocage. Une petite chose qui je pense m’a aidée un peu à avancer là-dessus, c’est l’achat d’un petit livre, « Osez la sodomie » aux éditions Tabou. C’est un tout petit livre qui décrit cette pratique au niveau historique et qui donne de nombreux conseils pour que ça se passe au mieux. C’est très intéressant, et sans que ça déclenche une envie subite, ça fait réfléchir, et ça peut ouvrir le dialogue. Vous pourriez envisager de le glisser discrètement dans ses affaires pour ensuite en reparler plus tard.

Sinon, au niveau des pratiques, il y a des petites choses également qui m’ont aidée à m’ouvrir à la sodomie. Par exemple, j’apprécie particulièrement que mon chéri me titille l’anus avec un doigt pendant que nous faisons l’amour, mais sans le rentrer, je n’aime pas cette sensation, je trouve que c’est trop fin et ça me fait l’impression d’une pointe, pas terrible. Mais que ce soit en levrette ou en andromaque, j’aime beaucoup qu’il fasse des pressions avec son pouce.

Encore une fois, le lubrifiant est très important. Ne négligez pas non plus la position. Suivant l’angle, les sensations sont plus ou moins agréables. Vous pouvez aussi essayer de laisser madame diriger, pour qu’elle contrôle la vitesse et la profondeur de la pénétration. Je sais que pour moi, je me relâche plus facilement quand je contrôle. Ensuite quand je suis bien, je laisse mon chéri contrôler les mouvements.

En tout cas, ne désespérez pas. La route peut être très très longue, mais elle en vaut la peine ! Je prends maintenant beaucoup de plaisir à me faire sodomiser par mon chéri, alors que ce n’était pas gagné !