#10648
AndranerosAndraneros
Modérateur

@Tortuegénitale, le Lucky Luke du forum de nouveauxplaisirs.fr, qui questionne plus vite que son ombre

« Plaisir : état affectif fondamental, émotion ou sensation agréable lié à la satisfaction d’une tendance, d’un besoin ou à l’exercice harmonieux des activités vitales (dictionnaire Robert) »

Comment ne plus culpabiliser ? Et pourquoi est-ce que je culpabilise ?
Je vois plusieurs causes possibles à ton sentiment de culpabilité. L’une est l’interdit moral général qui vise l’intérêt que tu portes à la recherche du plaisir, comme nous qui sommes sur ce forum. Une autre est le conflit que tu vis entre les efforts débordants que te demandent tes études et ton entrée dans une vie sociale indépendante d’un côté et ton besoin / ta quête désespéré(e) du plaisir intime. Une autre est la différence entre ce qui donne du sens à ta vie et ce qui donne du sens à la vie de tes amis. Réfléchir sereinement sur ces 3 points doit te permettre de construire TES réponses.

Comment faire si on n’a pas la chance d’avoir un(e) ami(e)… ?
Si ces questions te semblent trop lourdement peser sur ta vie tu peux envisager l’aide d’une consultation psy. Si tu préfères gérer seul nous pouvons chacun à notre manière t’apporter des réponses qui, en ce qui me concerne, faute de compétences spécialisées n’auront pas d’autre ambition que d’être des propositions amicales enrichies de mon expérience et de ma tendance analytique.

Pourquoi est-ce normal de ne pas avoir une progression linéaire ?
Parce que tu n’es pas lisse. Parce que ta route sur ces sujets qui touchent ton moi profond croise des obstacles cachés que tu n’a pas pu identifier à l’avance. Parce que sauf exception la vie est riche et foisonnante. Ma propre vie n’a pas été linéaire, J’ai traversé des périodes de doutes et d’interrogations. En échange elle a été beaucoup plus riche que celle de mes proches qui se sont posé moins de questions. Tu surfes réellement sur une sinusoïde qui de plus a une pente moyenne variable à la manière d’un cours de bourse. Enfin pour ce qui concerne la recherche du Super O’ la très grande majorité des témoignages confirment ton expérience, y compris le mien.

Qu’est-ce qui fait qu’aujourd’hui je crains de ne pas y arriver ?
Tu es jeune avec l’ambition de découvrir le sens de ta vie, tu veux comprendre comment fonctionne le monde et tu sembles hyper sensible. La tâche est énorme, tu as peu de recul et tout à apprendre. C’est normal de douter. Les questions que tu te poses sont universelles. Admets, avec éventuellement un petit effort d’humilité, que tu as besoin de temps pour y répondre. C’est aussi à cela que sert la vie. Tu apprends en vieillissant que dans la vie une porte qui se ferme peut toujours s’ouvrir à nouveau. Le désespoir frappe ceux qui pensent qu’il n’y a qu’une seule vérité et qu’elle leur échappera toujours. Aucune de ces deux assertions n’est confirmée par la vie.

Le Super O’ n’est pas LA réponse mais seulement UNE réponse. Aussi important qu’il soit pour toi, comme il l’est pour @Hyménée et pour moi, la vie ne se limite pas au Super O’. En concluant avec l’aide de la définition citée au début de ma réponse, le Super O’ est est un plaisir et en tant que tel est le résultat d’un processus, non une solution. Intense est la jouissance procurée par le Super O’, elle porte une énergie que tu peux redistribuer autour de toi.