#10803
HyménéeHyménée
Participant

Bonsoir,

Je voudrais compléter les excellentes réponses ci-dessus.

L’épuisement est un allié redoutable face au plus crispant blocage, face à la plus forte peur, face à la plus vitale pulsion de vie.

Il permet d’aller au-delà de soi-même, et d’être dans une situation où le lâcher prise n’est que le seul possible, même si l’ego se sent en danger.

C’est en cela que je conseille d’intégrer ces pratiques dans nos vies sans abandonner ses plus folles ambitions sociales, amoureuses, amicales, personnelles, sortives, familiale, etc, etc… Réaliser ce qui nous tient à coeur est la meilleure façon de s’abandonner à soi-même.

Je ne fais que vous décrire ma voie parmi tant d’autres : ce n’est qu’en faisant face au *trop* de la vie extérieure, que j’ai pu lâcher prise dans mon intime intériorité. C’est au final le plus merveilleux des refuges, toujours *là*, présent, accessible, énergie sans cesse renouvelée. C’est en cela que j’intègre la pratique de l’Aneros dans un cadre plus vaste, celui de la sexualité sacrée : http://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/sexualite-sacree-transe-et-couple-multi-orgasmique

Je ne dis pas que c’est facile 😉 Je ne dis pas non plus que l’épuisement suffise. C’est faux, car l’épuisement s’épuise à lui-même 😀 Après récupération, il est des séances radieuses, où le corps reposé implose d’évidence.