#10830
logansanlogansan
Participant

Un instinct pris en étau par notre éducation culturelle, cultuelle et occidentale, oui , c’est cela !
Je vais transmettre cela par un résumé de mon chemin de vie, car, actuellement je ne saurais le faire autrement.

A l’adolescence, je découvre mon corps, petit être frêle et peu confiant (j’exagère un peu, j’étais un peu rond ;)). La masturbation, quel bonheur. Je découvre aussi, mais très légèrement seulement, le potentiel du plaisir anal, très occasionnellement : toucher de l’anus, insertion mais bof, insertion avec masturbation : wééé, mais honteux de tout cela. En tant que jeune adulte, je mets cela de côté.

Mon éducation n’est pas très religieuse, baptême, communion, donc catéchisme (ça m’ennuie), je refuse de faire ma confirmation. Mais à 20 ans : crise mystique ! Allez, je me farcie la bible, des écrits historiques, thèses-antithèses… bref, je démonte une partie de mes croyances pour me dire que ce n’est pas Dieu (qui existe peut-être) mais les hommes qui ont traduit des règles de morale et de vie sociale sans toujours se les appliquer à eux-mêmes.
Intérêt pour d’autres croyances, sans plus de convictions, mais qui m’a amené à penser que le corps et le cerveau humain recèlent de pleins de secrets et de puissances, ainsi qu’à pratiquer des exercices de respirations, de méditations, travail sur les chakras… Mais une vie pas toujours en harmonie avec tout cela, donc cela devient vite occasionnel.

Dans la même période, je me posais aussi plein de questions qui sont restées sans réponses : la jouissance féminine, c’est comment ? La sodomie, le plaisir n’est pas que pour l’actif mais comment jouit le (la) passif(ve) ?

Bref, si j’en étais curieux, c’est que peut-être j’avais l’instinct de quelque chose à ma portée mais que je n’étais pas encore prêt à ressentir. Mais encore une fois la vie me fait mettre cela de côté.

Ce n’est que dernièrement qu’une porte de mon cerveau s’est ouverte. Je voulais rajouter du piment dans notre vie sexuelle et la curiosité de l’orgasme féminin m’est revenue ; achat de livre de massages intimes (axés femme mais homme aussi, à l’époque seulement la première partie m’intéressait mais le livre semblait bien fait). Zones érogènes, clitoris, vagin, point G… la théorie est sympathique. La pratique m’insatisfait car on se fait trop vieux pour faire notre deuxième enfant, fausses couches… mais aussi ma femme est très classique, faut qu’on travaille là-dessus.
Puis je découvre la deuxième partie du livre, et les plaisirs masculins que je ne connais pas. Doublé de problème à l’anus : fortifier l’anus permet de réduire les risques hémorroïdes. Mais il m’a fallu un accident de voiture pour me décider à essayer.

Le reste est sur les autres sujets du forum.

Classifié hétéro, et je le reste et l’assume, mais avec l’instinct de quelque chose de plus grand, j’ai mis le doigt dessus (sigh ;)), et je ne le regrette pas. Mais je ne suis qu’au début.

J’aime bien parlé de déconstruction-reconstruction pour essayer d’atteindre ce que je ressens comme être ma possible vérité. Et celle-ci n’est pas que sexuelle, elle est aussi vie sociale.