#10969
TortuegénitaleTortuegénitale
Participant

J’ai peur de passer pour un je-ne-sais-quoi.. Hier soir, j’ai vécu une montée de chaleur aigüe (vraiment très, j’ai cru que je sortais de moi) en écoutant de la musique, qui vibrait complètement dans mon corps. La peur m’a une nouvelle fois tiré de cela, mais elle a mis plus de temps à se manifester. Je dirais que c’est un mélange de peur et de conscience de ce qui se passe (une forme de conjugaison de l’action à la troisième personne).

Je souhaite revivre ce truc de dingue. Il me vient une réflexion : est-ce que c’est parce que le goût pour la musique est accepté en société, voire encouragé, que j’ai pu aller aussi loin dans l’appréciation d’un album ?

Est-ce que je ne risque pas de mettre beaucoup de temps à cueillir l’orgasme prostatique, parce que c’est quelque chose dont on ne parle pas en dehors de ma sphère privée ? Idem pour les orgasmes du coccyx, des tétons (dont j’ai eu une première approche), le visage (en pleine nuit, j’étais très érotisé, je sentais agréablement la moindre caresse des draps, je me suis caressé le visage, c’était infini), et caetera.