#11026
TortuegénitaleTortuegénitale
Participant

Merci pour votre chaleur.

Je suis parti pour une longue anesthésie sensuelle. Quand je pense sexe, ces images reviennent. Je rêve de pouvoir faire la justice moi même, cette fille pourrait être ma sœur.. Elle ne savait peut-être pas dire non, je ne sais pas.. c’est un désastre humain. Je ne comprends pas comment on peut en arriver là, même si bien sûr j’ai pu aussi dans ma vie faire du mal, mais pas à un tel degré..

Je pense que, malgré tout, cela fait mûrir, grandir, avoir les pieds sur terre. Je suis choqué, lobotomisé.

Il y a surtout une leçon qui semble s’imposer : j’ai le sentiment que la subtilité est un art difficile, et fragile comme un château de cartes. Je n’ai plus aucune sensation pour le moment, même plus envie de penser à me réserver un moment intime. J’ai le deuxième sentiment que lorsque la jouissance atteint un stade développé, ou le plaisir s’étale jusque dans ma vie de tous les jours, il y a quelqu’un en moi qui apparait au grand jour : quelqu’un qui ne souhaite rien d’autre que la souffrance, veut tout détruire, tout anéantir. Je découvre que l’homme est multivocal.

À l’avenir, je le verrai venir. En attendant, il faut que je me reconstruise une forme d’amour, de sensualité. Je veux éviter de m’enfermer dans la haine, l’asensualité, cela me semble être mon prochain défi.