#11209
HyménéeHyménée
Participant

Bonsoir Tortuegénitale,

C’est chouette, on discute entre nous ! 😀 Je vous remercie de votre présence. Je n’avancerai pas sans elle.

N’oubliez pas cependant de mettre toutes vos forces dans l’obtention de vos concours : concentration et ambition.

Vous me rappelez que je ne pleure jamais. Même si je ne vis pas la délivrance ainsi, je la comprends. Et au risque de me répéter, je lis dans vos mots que vous avez déjà en vous la panoplie orgasmique complète. Il ne vous restera plus qu’à les vivre, quand votre cerveau ne sera plus pris par vos obligations. Patience et longueur de temps. Il n’existe pas de raccourci. Seuls les coeurs purs se libèrent d’eux-mêmes.

De mon côté, je progresse chaque nuit, et je voulais vous partager mes dernières découvertes :

Tout comme il est un espace infini entre les mots, plus expressif que les mots eux-mêmes, il est un espace infini entre le corps et l’amant de plastique. Il réside dans la glisse, sertie par le lubrifiant :

Je ne me soucie plus de mon corps, je ne me soucie plus de l’aneros. Je suis pure conscience du mouvement, qui a émergé entre eux deux.

Déflagrant le corps à sa convenance, déflagrant le corps à ma convenance. Libérant l’esprit. Libérant le corps. Libérant le JE.

Je vous souhaite de vivre cela, et vous embrasse.

Bonne nuit

PS : Durant la journée, je travaille dur, et finalement pour servir le même but que mes nuits. Vous aurez compris pourquoi je me dois de vous le préciser à nouveau.