#14170
AndranerosAndraneros
Modérateur

Bonjour @rotsak69,

Etant en déplacement je n’ai pas consulté ma boîte à lettres depuis quelques jours, c’est pourquoi je suis un peu long à répondre à votre PM. J’en suis désolé.

1. « Savoir « viser » l’endroit où le plaisir est vraiment stimulé »
En ce qui me concerne, j’ai peu de contrôle sur le mouvement du masseur qui se fait indépendamment de ma volonté, d’autant plus que ce mouvement me paraît de très faible amplitude. Donc je ne « vise » pas un point mais plutôt une sensation que j’entretiens comme on entretient un feu de bois en remplaçant le soufflet par l’attention que je porte à rester aussi détendu que possible. C’est encore plus vrai pendant mes sessions nocturnes qui me prennent dans mon sommeil.
Vous expliquez bien ce point sur lequel j’ai eu les plus grandes difficultés.

2. «J’obtiens de petites contractions involontaires mais je ne sais pas comment les gérer »
Vous me semblez être sur le bonne voie. Dans un premier temps je n’ai moi-même pas reconnu ces «spasmes de petite amplitude» pour ce qu’ils étaient. C’est pourquoi la focalisation de l’esprit pour leur donner une importance qu’ils n’ont pas encore d’un point de vue physiologique et l’approfondissement de la relaxation pour éviter que la rigidité musculaire ne les bloquesont importants. Les premiers progrès significatifs sont venus quand j’ai concentré mon attention sur ce qui me semblait être une pulsation sanguine au niveau du masseur qui est peu à peu devenue la source de plaisir.

3. La gestion des contractions volontaires a été très difficile pour moi aussi pendant de longs mois. Je confirme qu’il ne faut surtout pas forcer. Pour éviter cet obstacle j’ai géré mes contractions volontaires en rythme avec les premières contractions involontaires, comme un accompagnement, plutôt que de rester contracté jusqu’à la tétanisation. Peu à peu les deux types de contractions se confondent dans le circuit neuromusculaire et les contractions involontaires prennent le dessus sur les contractions volontaires.

Je pense donc, au regard de mon expérience, que vous êtes sur la bonne voie. En terme de conseil je dirai, à côté de nos amis qui vous ont déjà répondu, de vous concentrer sur votre ressenti plutôt que sur le contrôle absolu du mouvement du masseur et de prendre bien soin de rester détendu voire de plus en plus détendu au fur et à mesure que vous sentez qu’il se passe « quelque chose » afin de libérer la montée du plaisir.

Bon cheminement @rotsak69.