#15017
HyménéeHyménée
Participant

je me demande si le lâcher prise dont tu parles, ce n’est pas tout simplement la prise de contrôle par ta féminité. C’est cette impression que j’ai en ce qui me concerne.

C’est tout à fait cela : en relisant ce que j’ai pu écrire il y a quelque temps, je suis tombé là-dessus :

Ecoutez, c’est absolument simple : je viens de vivre un rêve.

Essayez d’imaginer la fille la plus gracieuse, la plus délicieuse, aux gestes les plus délicats, à l’attention la plus touchante, aux yeux les plus pénétrants, à l’accueil le plus total.

Imaginez qu’elle vous comprend sans même que vous ayez besoin de prononcer un mot.

Elle était là, et je ne saurai vous écrire ce que sa présence a provoqué en moi.

C’est chimique.

Je fais une pause, et retourne la rejoindre.

http://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/la-playlist-ideale#post-11533

Je ne vis plus trop ces moments ainsi désormais : à l’époque, j’étais deux. Il y avait une sorte de dialogue. Là, maintenant, c’est la fusion. Enfin, c’est comme ça que je me ressens désormais. En fait, je suis en transe, en fusion.

Un peu plus loin, je tombe là-dessus :

Les femmes se suffisent du désir prégnant d’être pénétrées, pour être abondamment lubrifiées. Pourquoi ne pas entamer une séance anérotique de la sorte, et ne passer à l’acte que sous la volonté d’Eros lui-même ?

Lors de ma dernière séance, l’envie me tenait tellement le corps et l’esprit, que je me suis surpris à engloutir l’aneros jusqu’à la gorge. Je ne sais pas ce qui m’a poussé à faire cela.

http://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/orgasme-du-coccyx/page/2/#post-11293

Si c’est pas se faire dominer par la présence féminine en soi, ça ! 🙂 Pleine prise de contrôle du féminin. Faut suivre le lapin blanc partout où il vous mène. Par moment, c’est assez déroutant, il est vrai !

Un peu plus loin, une expérimentation :

En parlant d’abandon de soi et d’homosexualité : j’aime aussi me baigner dans le fantasme lesbien. Je dis fantasme, parce que cela restera un fantasme. Je ne le vivrai jamais. Quoique …

Il m’arrive en pleine fournaise, de faire s’aimer cette femme image-fantasme avec cette femme sacrée que j’incarne alors corporellement.

Une espèce d’expérience ultime parmi d’autres, où le masculin n’est plus, s’est dissous, et où le couple pénétrant / pénétré se conjugue au féminin.

Vous l’avez compris : la mécanique est toujours la même : visiter ses fantasmes et s’en aider pour dissoudre ce complexe MOI réducteur de plaisir.

L’idée est de se baigner entièrement nu dans le principe féminin, de l’habiter totalement. Le principe féminin est vaste, et ne cesse de m’étonner par son évidence incontrôlable.

Je suis en fait très excité à l’idée de le pénétrer, en incarnant deux lesbiennes

http://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/orgasme-du-coccyx#post-11096

Et bien évidemment, plutôt que l’incontrôle, on peut aussi s’aventurer dans l’anti-contrôle :

Imaginez-vous ainsi : alors que l’aneros est désormais vibrant en vous, que le corps s’est relaché, vous êtes devenu féminin. Vous accueillez votre amant.

Décentrez-vous légérement, et fantasmez (comme vous le pouvez mais en fait, c’est pas si compliqué ), que l’amant devient maîtresse. Vous savez, cette maitresse, cette femme idéale dont vous avez construit l’essence en vous tout au long de ces dernières années : ses cheveux (parfaits), ses doigts (parfaits), ses caresses (parfaites), son souffle (parfait), sa peau (parfaite), son sourire (sublime), ses soupirs, ses baisers, sa langue …

Ainsi, vous, corps glorieux féminin, vous êtes offrande à la plus envouante des femmes, que vous attendiez depuis la nuit des temps, que vous désirez depuis le premier regard, et qui est là maintenant à vos côtés, nue, chaude comme vous l’êtes, qui se darde de vous, vous cajole, vous aime comme vous l’aimez, et vous baise désormais.

Tendresse de l’aneros dans vos entrailles, fais ton ouvrage

http://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/orgasme-du-coccyx#post-11096

C’est marrant de se relire : on se rend compte du parcours effectué. Je vous en recommande l’exercice ! Le processus est vraiment long et complexe. Je ne me souvenais pas vraiment de tout cela. J’avais oublié la période d’audiohypnose, où je planais totalement. C’est vraiment à partir de ce moment-là que j’ai pris conscience de l’état de transe. Très plaisant.

Comme si Julie prenait les commandes et je perdais les pédales.

J’aimerais bien que vous nous présentiez Julie. 🙂