#15205
luckylucky
Participant

B’jour tout le monde,

Belle journée que cette journée !
J’ai envie de repréciser mon point de vue sur la « femme » après avoir connu plusieurs super 0.
Julie n’existe pas ! Elle représentait une féminité et un ensemble de sensations qui en fait est moi, tout simplement. Ou si on veut bien préférer, en état de super 0 : 1 – Je suis femme, puis 2- je suis homme aussi et en même temps 3- les deux.
C’est à dire ouverte, proposée, offerte totalement à un Dieu, à une spiritualité. Cela est très présent juste avant l’entrée en transe, parce que celle-ci emporte tout et je suis enfin prise et je prends et je suis en transe.
La transe m’apparaît comme le résultat de l’acte d’amour entre mon corps et mon corps, entre le féminin et le masculin, une sorte d’état très particulier qui donne l’impression de toucher au divin, d’être prise et de prendre, tout en même temps.
Je n’ai jamais vu de personne en transe si ce n’est quelques images vidéo d’africaines qui à force de danser et sous l’effet de quelques autres choses y arrivaient. Je regardais cela avec mon oeil d’européen condescendant. Et bien, je dois avouer que je suis entrain de descendre de mon piédestal. Je plaisante un peu mais juste un peu.
Je n’ai jamais connu de femme qui put avoir un orgasme tel que celui-là. Aucune entre mes bras (et Dieu sait si je suis doué ! lol !) n’a jamais été en transe. Mis à part les images des africaines, les seules transes dont j’ai pu entendre parler au travers de mes études livresques étaient les crises d’hystérie de la fin du XIXème qui ont intéressé Freud. C’est un orgasme particulier tout de même que je n’ai finalement jamais constaté nulle part, plus fort que tout orgasme éjaculatoire, plus puissant que les orgasmes féminins connus (constatés extérieurement) par moi.
Anerosement votre
Lucky