#15223
AndranerosAndraneros
Modérateur

Vous constatez comme ceux qui vous ont précédé dans cette voie qui mène au Super O’ que notre cheminement n’a pas de fin. Chaque étape de notre progression nous fait plonger de plus en plus profondément dans la jouissance à moins que ce ne soit la jouissance qui nous imprègne de plus en plus profondément….

Dès votre premier témoignage vous nous disiez :

Ca y est, j’y suis arrivé, mon premier Super-O… Je réussis à avoir deux autres Super-O.

Vous continuez fin septembre :

Je finis par atteindre l’extase, qui semble durer plus longtemps que la dernière fois (5 à 10s)… Je vais recommencer l’expérience plusieurs fois… pour finalement arriver à des super-0. Je n’ai pas compté le nombre

Puis le 3 octobre :

Et arrive enfin ce que j’attends depuis le début de la session, plusieurs (je n’ai pas compté combien) super-O)… Ce n’est qu’à la fin de la piste audio (qui dure 1h18min) que je vais totalement me laisser aller et avoir l’expérience d’un très très long orgasme (je ne sais pas combien de temps, probablement plusieurs dizaines de secondes),

Puis le 6 décembre :

Je crois bien que j’ai enfin atteint un super-O (j’étais épuisé pendant plusieurs minutes).

Et encore le 13 décembre :

un mouvement de va-et-vient de Helix lié à des contractions anales, qui vont finir par me faire grimper aux rideaux (super-O, très court néanmoins).

Début février votre cheminement vous fait franchir une nouvelle étape sans insertion de votre masseur (aneros-less dans le vocabulaire du forum de fabricant) :

la machine s’emballe et je pars complètement : plaisir intense, très faibles contractions de tout le corps (comparé à mes sessions avec l’helix) et surtout, sensation d’éjaculation mais sans éjaculation réelle… aucune émission de sperme, mais émission de rosée (pas tant que ça). Je ne sais pas si on peut considérer que c’est un dry-o ? J’ai répété la chose plusieurs fois avec beaucoup de plaisirs.

Cette évolution continue le lendemain :

j’ai eu ses mini-o et un super-o.. Ce matin, encore en mode ronronnement, j’ai eu des alternances de mini et super o sous la douche,

Enfin hier :

J’ai, comme souvent, lors d’un très fort super-O, expulsé mon helix, mais j’ai décidé de ne pas le remettre et bien m’en a pris, car j’ai eu plusieurs super-O à la suite (avec beaucoup d’expulsion de fluide séminal, chez moi), mais quasiment aucun contractions du corps, comme c’est le cas généralement.

Est-ce que les Super O’ que vous vivez maintenant sont les mêmes que les premiers que vous avez connus en septembre ? Est-ce que vous décririez encore maintenant ces tout premiers orgasmes prostatiques comme des Super O’ ?

Vos témoignages montrent un très bel exemple d’apprentissage et à quel point chaque étape de votre progression n’a été que le commencement de ce qui a suivi. Bon cheminement @BruceWayne.