#15271
Avatarobobob3
Participant

Bonjour,

Merci pour votre réponse.
Je ne me suis pas étendu sur les conditions dans le détail parce que je n’ai pas pensé que cela pouvait être utile. Dans les faits, j’ai fait 4 essais et je dirais 6 ou 7 au doigt par le passé. Au moins, avec le masseur actuel, je n’ai plus les éventuelles douleurs ressenties par le passé au doigt (je pense que je m’y prenais mal).

Effectivement, pour le masseur que j’ai pris, j’ai essayé de choisir le plus proche de ce que je voyais dans les documents que j’avais lus ou vus sur ce type d’objets. Le lien que je vous ai donné montre bien le masseur que j’ai mais je ne savais pas qu’il allait être présenté de la sorte, un peu sur le mode « plug anal » dans son packaging final. Je ne l’ai pas commandé sur Amazon à l’époque mais sur un site spécialisé (concorde.fr me semble-t-il).

Je répond un peu à vos questions :

-1) Ressentez-vous un certain doute, une forme de culpabilité, en recherchant un plaisir par des voies différentes ?

Oui et non. Forcément le passage au plaisir anal est toujours un peu étrange pour un hétéro au premier abord, mais ça fait tout de même plusieurs années que je me suis décomplexé sur la question, et que ce sont même des choses que j’ai pu partager en partie avec ma copine : de ce point de vue, non il n’y a pas (ou plus) de culpabilité sur le passage au plaisir anal ou prostatique.
Par contre, je dois admettre que ce qui me gène n’est pas tant le mode de plaisir que la préparation que cela nécessite en amont : lavement, question des selles, etc. Je trouve que ça casse pas mal l’intérêt et même l’excitation… Je n’arrive pas du tout à les considérer comme des préliminaires au même titre que les caresses ou les jeux par exemple. Ca demeure contraignant et médical pour moi.

-2) Disposez-vous de la possibilité de réserver entre une heure et demie et trois heures de temps pour votre plaisir personnel ?

Evidemment pas tout le temps mais à chaque fois que j’ai essayé le massage prostatique, doigt ou « masseur », c’était toujours le cas oui.

-3) Les conditions dans lesquelles vous engagez vos sessions vous permettent-elles de vous sentir en sécurité , à l’abri de toute intrusion non désirée, libre d’exprimer vocalement votre jouissance sans troubler l’ordre public ?

Pour ça oui, clairement sans soucis.

-4) Quand vous commencez votre session, êtes-vous sûr que votre esprit est totalement ouvert à votre plaisir sans être parasité par les soucis de votre vie ?

J’espère effectivement que c’est le cas mais c’est toujours variable et ça tient à des questions de sécurité psychique, de conditions externes, etc. et ce n’est pas toujours évident de savoir si tout est réuni.
Je ne pense pas que quiconque puisse affirmer être dans des dispositions parfaites comme ça (sécurité du lieu + plein de temps devant soi + sécurité intérieur + détente +….).
Au fond, ce qui me gène c’est que plus je lis de choses sur le plaisir prostatique, plus j’en viens à croire qu’anéros ou pas anéros, le plaisir est surtout émotionnel et psychique. J’en viens à douter même de l’intérêt de l’objet à la longue… Ca devient de la méditation (ça me rappelle une émission « les pieds sur terre » sur Fr Culture où ils étaient allés enregistrer un groupe de « méditation orgasmique »… c’était davantage drôle qu’excitant).

-5) Avez-vous un bon contrôle de vos muscles pelviens ?

Il y a un moyen de savoir ça ? Je n’en sais strictement rien.

-6) Pensez-vous à vous préparer avant vos sessions (passage aux toilettes, léger lavement, lubrification interne, supports de relaxation, etc.) ?

De ce côté oui, mais comme j’indiquais plus haut, je trouve ça souvent davantage contraignant et tue-l’amour qu’autre chose.