#15407
HyménéeHyménée
Participant

Bonjour,

Je voulais vous partager aujourd’hui une émission France Culture diffusée la semaine dernière :

L’AMOUR À POINGS NUS : pratique, esthétique et mystique du Fist-fucking

http://www.franceculture.fr/emission-mauvais-genres-l-amour-a-poings-nus-pratique-esthetique-et-mystique-du-fist-fucking-expo-ma

L’émission est en grande partie consacrée à l’art du Fist-Fucking, et approfondie le sujet durant 1h30 grâce à la présence éclairée et éclairante de Marco Vidal, auteur d’un tout récent livre sur le sujet.

L’émission est poétique, documentée, technique (notamment sur les gels à utiliser et les rituels de préparation), marrante et légère, bref très agréable à écouter. On apprend beaucoup. Et … il peut se produire un miracle : que les arguments portent au point de changer le point de vue de l’auditeur. Et c’est ce qui m’est arrivé :

Je n’avais pas visualisé, que le Fist Fucking pouvait être désiré et vécu comme une caresse faite à son intériorité. Cela m’a beaucoup troublé, car cela m’a fait réaliser que la pratique des masseurs prostatiques nous cantonne … aux massages, et non aux caresses :

Une toute autre intention est portée par une caresse plutôt que par un massage : je m’en rends bien compte avec ma masseuse, qui alterne (à l’extérieur de mon corps 😉 ) caresses, massages, souffles, griffures, pincements. Le corps n’accueille pas ces gestes de la même façon.

Même si l’idée d’être fisté par une main fine et féminine commence à me faire fantasmer, je m’imagine mal passer à l’acte de peur d’être extrêmement déçu : le sentiment d’écartelement doit être à la limite du supportable, et masquer le plaisir que pourrait procurer cette caresse profonde.

Cependant, l’envie d’être caressé de l’intérieur a fini par dépasser en moi l’envie de me sentir plein ou rempli. Cette émission m’a apporté un miroir : en fait, j’aime beaucoup caresser avec les doigts le vagin de ma partenaire. J’aime donner ce plaisir sur la longueur, et j’aime voir comme il est reçu. Je me dis que cela doit être assez extraordinaire à vivre en retour.

Vers la fin de l’interview, Marco Vidal fait état de témoignages, qui rejoignent ce que l’on peut lire sur ce forum : le fist amène un état de dislocation du moi, une découverte holistique (totale) du corps, ce dernier pouvant aller jusqu’à des convulsions. C’est tout à fait ce que je vis avec l’aneros. 🙂

Je vous recommande l’écoute attentive de cette émission, rare et donc précieuse.

Bonne journée