#15412
CaracoleCaracole
Participant

Bonsoir,

Pour ma troisième session j’ai utilisé un lubrifiant à base de silicone et je n’ai pas ressenti la sensation d’inconfort que j’avais ressentie la dernière fois.

Quatrième session ce soir : je décide de ne pas utiliser de stimulations visuelles à mon excitation comme des BD ou des vidéos pornographiques et de me concentrer sur ma relaxation et en faisant appel le moment venu à des fantasmes érotiques. Après la mise en place de l’Aneros, cela me permet de me concentrer principalement sur mes sensations internes et ma détente corporelle. Je frise la somnolence parfois et j’arrive à me détendre suffisamment pour relâcher la contraction de fond de mon sphincter anal provoquée par la présence de l’Aneros que j’avais identifiée lors de mes précédentes sessions.

J’ai le sentiment de parvenir à mieux effectuer les contractions et les poussées rectales en lien avec la respiration abdominales. J’alterne la position en chien de fusil avec celle sur le dos. Après 45 minutes je ressens une chaleur et des fourmillements le long du côté droit de mon corps. Elle s’étend de mes pieds à mon visage et me fige dans une position. Un engourdissement général de la partie droite de mon corps m’envahit et me fige dans une position que je maintiens tout en me concentrant sur ma respiration. A ce moment-là, je sens ma jambe et mon bras très lourds, difficilement mobilisables. Mes deux mains se figent dans la forme de la pince et je ressens une sorte d’étourdissement global surprenant mais agréable. Une envie d’uriner naissante m’oblige à envisager la fin de la séance. Je retire l’Aneros. Je me sens très relaxé et étourdi. Je me lève doucement pour aller uriner aux toilettes et j’ai un sorte de son, acouphène aigu dans les oreilles qui se dissipe ensuite rapidement.

Je suis très content de ma séance et de ces nouvelles sensations fascinantes!