#15556
JieffeJieffe
Participant

Bonjour,

Ma première session, puisque c’est le sujet.
Après avoir parcouru les forums en long, en large et en travers, après avoir maintes fois lu le traité (il faut ici souligner le travail et le désir de partager, merci à NXPL), je me suis lancé.
J ‘ai très vite pris la décision d’acquérir un helix, ne sachant quand est ce que j’aurai le plaisir d’en avoir l’utilisation, mais il fallait que ce moment venu, aucun obstacle ne se mette en travers de mon chemin.
J’ai enfin pu m’organiser une session ce dimanche matin, mais je savais pertinemment que je ne réunissais pas les conditions idéales. Une heure de temps, stressé par le timing et le fait que je pouvais être potentiellement dérangé (peu de chance, mais bon, pas le risque ‘0’). Je suis donc parti avec en tête juste la découverte, voir ce qu’il se passe, ce que je peux ressentir, l’insertion de l’aneros… Rien n’est rentré dans mon anus jusqu’à présent à part un tout petit doigt de temps en temps. A ce stade de mon histoire, je dois préciser qu’il y a bien longtemps que je m’ intéresse à cette partie de mon anatomie, étant persuadé qu’il s’y passe quelque chose. Mais les pénétrations diverses ne m’ont pas emmené beaucoup de plaisir, sauf une fois, ou j’ ai pu insérer un doigt plus loin que d’habitude, et je me suis fait un massage de la prostate sans vraiment le savoir (c’est comme ça que je le vois maintenant). J ‘avais décidé ce jour là de ne pas toucher à mon pénis, et d’essayer de jouir, ou tout au moins aller aussi loin que possible dans le plaisir, mais sans masturbation classique. Et là, il s ‘est bien passé quelque chose, que je n’ai pas compris, mais qui m’a déclenché un grand plaisir. Je n’ai jamais depuis pu reproduire cette sensation, mais je ne savais pas vraiment ce que je faisais. Je me souviens que ce jour là, j’étais dans une disposition particulière; je m’étais programmé, projeté en tant que femme. (Pour info, je suis complètement hétéro, n ‘ai jamais eu d’expérience homosexuelle mais n’ai aucun problème avec ça, je ne suis pas attiré par les hommes et j’aime trop le corps des femmes). Comme je l’ai dit dans ma présentation, je suis jaloux de la puissance orgasmique des femmes. Cette passivité, cette lascivité qu’elles montrent lors de l’orgasme, elles se laissent submerger, envahir par le plaisir. C ‘est cette image que j’avais ce jour là, et c’est dans cet état d’esprit que j’étais. Mais je suis bien convaincu que la zone anale est une zone érogène, et pas des moindres.
Mais revenons à ce dimanche matin, une fois l’anéros en place, je tente de me détendre avec Rumela (Phantasmic journey, qui ne me semble pas la meilleure piste à suivre, mais j’y reviendrai). Je pratique déjà la relaxation, et arrive à me placer quelque fois dans des états de détente profonde, très agréable. Je sais donc ce que je cherche, m’en approche, mais n’y parviens pas complètement. Je suis trop soucieux du temps qui passe. Malgré tout, je ressens durant cette période un fourmillement quelque part en moi. Je pense que mon anéros est en train de glisser… je vérifie, mais non, il est bien en place. J’en conclue que c’est ma prostate que je ressens. Un petit fourmillement bien agréable, j ‘essaie de me concentrer dessus, de l’ accompagner, de le faire grandir, mais je n’y parviens pas. Tant pis, un peu pressé, je décide de faire différent essais avant d’arrêter ma session. Je commence donc quelque contractions de mes sphincters, gentiment. Il ne se passe pas grand chose, mais je le sais, je suis prévenu grâce à vous tous. Et puis je décide de me caresser, un peu partout (en évitant le pénis), je fais des mouvements du bassin, un peu comme les femmes le font quand le plaisir monte (j’y reviens…). Et la me monte une vague de plaisir, si soudaine que je n’en ai pas identifié la source. Peu importe, je continue et mes mains se dirigent vers mes seins, que je me mets à pétrir, disons à masser fortement. Je me masse aussi les tétons, comme j ‘ai pu le lire plus d’une fois ici. J’avais déjà essayé ‘à froid’, et j ‘en avais conclu que ce n’étais pas pour moi. Et bien je m’étais bien trompé. Ce massage m’a fait littéralement décoller. Je ne sais pas vraiment ce qu’il s’est passé, ni combien de temps ça a duré (plusieurs secondes), mais mon dieu que c’était bon. Mon sexe a durci, alors qu’il ne l’était pas jusqu’à présent, j’ai cru que j’ allais éjaculer, mais non, pas d’éjaculation. J’ai tenté à ce stade de gérer les contractions, et je dois bien avouer que je serais bien en peine de vous en faire une description détaillée. Je ne sais pas si mon corps les gérait tout seul. J’ai tenté de prendre le contrôle, je sais que j’en ai au moins fait une, un peu appuyée tout de même (entre maxi et mini), mais je dirais qu’elle m’était imposée.
Bref, j ‘ai un peu eu l’impression de vivre cette condition de femme, et c’était excellent. Le plaisir que j’ai ressenti est déroutant, tant nous sommes programmé pour ne ressentir du plaisir que par notre pénis. Là, le plaisir est diffus, il irradie dans tout le corps. Je n ‘ai pas ressenti de zone particulière, pas une partie de mon corps qui se démarque à ce niveau là. C’est vraiment déroutant, mais j’ai adoré.
Comme ma session devait se terminer, j’ai fait quelque chose que je regrette, et que je mettais promis de ne pas faire, mais je n’ai pu résister, une masturbation classique, avec éjaculation, qui s’est avérée excellente, mais j’ai un peu peur qu’elle nuise à la suite de mon apprentissage. Qu ‘en pensez vous?

Une nouvelle fois, je vous remercie à tous, et particulièrement NXPL et Andraneros pour leur partage et leur accompagnement. Vraiment, sincèrement.