#15862
HyménéeHyménée
Participant

Bonsoir Hector et merci pour ce retour précis ! Pour tout dire, je suis tenté par le Drei depuis quelques semaines, car je reste interrogatif quant au Zwei que je pratique depuis quelques mois maintenant.

Je sens bien qu’il me fait passer un cap, mais j’ai peine à discerner ce qu’il apporte précisement.

Le Zwei a été conçu pour un usage anal certes, mais son diamètre est un poil trop large. J’aimerais bien comparer les sensations avec le Drei, pour voir ce que fait un pulsateur un peu moins imposant.

La forme du Drei me fait aujourd’hui plus fantasmer que celle du Zwei.

Le toy reste globalement en place sauf quand les vagues de plaisir et surtout les contractions de plaisir arrivent.

Avantage au Zwei qui reste bien en place, mais les sensations d’écartelement sont difficiles à négocier. J’ai eu beaucoup de peine, car c’est **très** intense, et pas forcément ce que je cherchai. Mais en jouant avec et en laissant courir ses fantasmes, on finit par laisser épanouir de nouvelles sensations voluptueuses … mais pas vraiment connectés aux orgasmes prostatiques. Pour l’instant, j’ai pas trouvé la liaison.

Pour ce qui est des sensations, j’ai l’impression que c’est la partie externe du toy qui s’éloigne et revient en force nous pénétrer, la partie interne restant quand à elle plutôt immobile.

Alors ça, je crois pas, ou j’ai pas saisi ce que vous avez voulu dire.

Cependant l’énergie de ce mouvement se ressent dans les chaires et c’est assez impressionnant. J’ai vraiment aimer cette sensation. Les différents rythmes sont sympa et permette de jouer avec notre désir 😉

Oui, c’est épatant 🙂 et encore plus après quelques séances. Le va-et-vient est impitoyable, et on finit par prendre confiance dans cette mécanique imperturbable. Y’a un côté fucking machines pas désagréable, sans l’amplitude bien sûr.

La lourdeur du jouet joue aussi beaucoup sur son efficacité, je trouve. Ca donne quelque chose d’imposant tant en volume qu’en poids.

La stimulation au niveau des sphincters est très agréable, après quelques contractions de plaisir, le toy ressort un peut, la prostate se trouve alors mieux stimulée,ce n’est plus seulement l’intensité du mouvement la secoue et le mouvement « rotatif » qui fini tout doucement est alors exquis. Cependant, la longueur du toy ne le rend pas idéal pour la stimulation de la prostate (à voir si ça change avec l’expérience), et je me demande si je n’aurais pas du prendre un zwei.

Bonne question 🙂

Ce que je trouve assez fascinant dans le Drei, ce sont les renflements de tout son long : ça doit être assez exceptionnel de les sentir glisser en soi. Ca doit faire comme un chapelet. Enfin, c’est ce que j’imagine.

Et donc, j’ai l’impression que le Drei est plutôt fait pour l’action, c’est-à-dire que son mouvement de va-et-vient naturel se doit d’être accompagné par un geste de la main, sans que ce soit la volonté qui ordonne. Juste la nécessité.

Alors que le Zwei me parait avoir été conçu, tel un gros pépère qui trouve sa place soit après la première bosse introduite, soit après la deuxième. Ensuite, il « suffirait » de laisser les vas-et-vients internes faire leur ouvrage. Disons que je comprends le Zwei comme un aneros, qui est fait pour agir seul sans manipulation.

Pour ma part (de plaisir), je ne peux m’empêcher de me fourager comme si j’utilisais un Drei. Ca vient tout seul, mais sans savoir pourquoi, cela ne me parait pas adapté : est-ce parce que je n’ai pas encore apprivoisé l’engin, ou est-ce que ce n’est pas le bon ?

J’aimerais bien faire la jonction entre les super o’ prostatiques et ce que le Zwei m’apporte de neuf. Je fantasme le jour où j’arriverai à faire rentrer ces chairs dans la danse des spasmes anérosiens. Ca va être un truc incroyable à vivre 🙂

Sinon, Hector, avez-vous essayé avec un lubrifiant à eau et sans préservatif ?