#16054
HyménéeHyménée
Participant

Je vois bien ce que vous voulez dire Hector. Il se trouve que mes derniers orgasmes m’ont fait réaliser, que je suis bien content de pouvoir content sur mes amants vibrants : je ne me pose pas de question quant à leur performance et je peux leur susurrer « plus fort », « encore », « par ici », « viens », « profond, plus profond », « attends », « oui », « j’y suis », « n’arrête pas » …

C’est très agréable. Alors, je me mets à la place d’une femme (de ma compagne par exemple) totalement offerte à son amant (à moi), amoureuse (désirante), souffrant d’obtenir le foudroiement par la luxure (par moi) … obtenant la libération … et la désirant une seconde fois par gourmandise et une troisième pour la route.

Je me dis que la condition nécessaire à tout cela est déjà qu’elle désire le multi-orgasme (ce qui n’est pas donné à toutes les femmes), puis qu’elle me donne le désir de lui donner.

De ce que j’ai pu expérimenter encore ce soir, le multi-orgasme est tel un escalier : on peut s’arrêter à la première marche, ou avoir la curiosité de se laisser aller à faire un tour plus haut.

Comment un couple peut-il se décider à monter ensemble l’escalier ? Les relations de séduction broient impitoyablement toute tentative de synchronisation des âmes : c’est soit l’un, soit l’autre, soit mou, soit faux. Rien ne tend un couple à dépasser le pathologique.

Enfin, c’est ce que je constate autour de moi.