#16100
AndranerosAndraneros
Modérateur

Union ou divergence ? Je ne crois pas qu’on puisse attraper le phénomène orgasmique et le sentiment amoureux ainsi.

Je suis en accord sur ce point @Hyménée ; ni l’un, le phénomène orgasmique tel que l’on peut le découvrir entre autres dans la variété des témoignages et réflexions présentées sur ce blog, ni l’autre, le sentiment amoureux tel que l’on peut le découvrir dans le déroulement de sa vie et dans l’expression artistique ou les études de psychologie et de sociologie, ne se réduisent à ce diptyque. Cette réduction est évidemment destinée à susciter les réactions

La quête du Super O’ et la jouissance extrême que l’anéronaute ressent sont très profondément personnelles alors que la relation amoureuse est idéalement un partage et un échange voire une forme de fusion entre deux personnes. Si on ajoute le poids d’une morale sociale qui tolère à peine la recherche de l’orgasme pour le seul plaisir et rejette encore les pratiques qui conduisent à l’orgasme sans passer par l’acte reproducteur, le partage de cette quête, particulièrement à son commencement, en phase de découverte , est très difficile.

Si notre jouissance nous conduit au-delà du monde qui est le nôtre, extase si profonde qu’elle rend notre quotidien insipide, ou subit le rejet par notre entourage de cette forme d’accès à la satisfaction charnelle, nous semblons condamnés à la divergence et à ses conséquences négatives pour notre vie familiale et sociale. Si au contraire nous tirons suffisamment de satisfactions de notre vie, si notre partenaire dans notre couple existant ou à venir accepte en confiance notre quête, nous pouvons rediriger vers notre entourage cette énergie vitale que nous faisons naître et circuler en nous.


@jeff
votre propos pourrait illustrer ce qu’était ma situation avant que ma femme n’ouvre le dialogue sur ma quête et ses conséquences. De mon point de vue vous êtes sur le bon chemin. Il ne reste plus qu’à trouver, créer ? l’occasion d’ouvrir ce fameux dialogue.

Je comprends votre recherche, qui me paraît désespérée, de l’absolu(e) @Hyménée, je comprends aussi l’inquiétude dont témoigne @hector, même si pour le moment je me sens plus en sécurité dans ma propre quête, grâce à la compréhension de ma femme. C’est d’ailleurs à l’occasion des échanges que nous avons eus sur le sens de ma quête qu’elle a commencé à son tour son propre cheminement vers une satisfaction charnelle qui commence à dépasser maintenant tout ce qu’elle pouvait attendre et qui nous unit très fort.

En d’autres mots l’acceptation, la confiance et l’échange nous ont permis jusqu’à maintenant de dépasser la caractère solitaire de la recherche profonde de notre jouissance charnelle. Ce sont trois mots qui manquent cruellement bien trop souvent dans notre société.