#17293
Avatarhector
Participant

@Papy6748, pour en revenir à la technique, c’est arrivé un peu comme ça par hasard. Enfin, je n’ai jamais chercher à obtenir cet effet lors de la masturbation traditionnelle, mais c’est un plus que j’apprécie fortement.
Déjà, à la base, je suis hyper jaloux des femmes qui peuvent être multi-orgasmique, d’autant plus que je trouve que je ne tiens pas assez longtemps et que j’ai du mal à remettre ça (enfin ça fait près d’un an que j’ai pas touché une femme donc je ne sais pas si ça a changer).
J’ai donc il y a quelques moi commencer à lire deux bouquin sur comment faire durer un rapport voir comment devenir multi-orgasmique mais je ne les ai pas fini, ni poursuivi les exercices qui étaient préconisés vu que parallèlement, j’ai commencer mon cheminement qui m’a plus motivé.
Cependant, comme je l’ai déjà dis, j’ai pris des chemins de traverse, essayer différents jouets, fait durée les sessions… Peu être est ce que cela à son importance, mais je ne sais pas, je pose juste les bases d’un raisonnement un minimum scientifique.
Par ailleurs, ma pratique de la stimulation anal remonte à longtemps et c’était un moyen pour moi d’avoir des orgasmes traditionnels plus intenses.
Pour ce que je m’en souvient, et qui semble plus directement lié à cela, il m’est arrivé plusieurs fois au cours de mon cheminement de :
– Terminer une session par une masturbation traditionnelle.
– Qu’une session, de par les positions/mouvements engendrées mène à une éjaculation classique (en jet et pas en continu) mais d’intensité ++
Bref, je n’ai pas toujours respecter le précepte de ne pas toucher son pénis pendant une session (bon, j’ai quand même attendu d’avoir des résultats sympa avant commencer à passer outre cette règle). Ceci fait que peut être les deux ne sont pas complètement dissociés pour moi.

Après, je suis revenu au bout de quelques mois à des exercices pour augmenter la durée. Le but étant donc de tenir le plus longtemps, se rapprocher du point de non retour sans le dépasser. Lors de ces exercices, très proches du point de non retour, mais avec une plus grande décontraction qu’avant (apport de mes sessions pour le coup), j’ai doucement caressé mon gland, sur le frein, bref la ou ça fait du bien. Juste ce qu’il faut pour par exploser mais suffisant pour rester vraiment pas loin.
C’est là que pour les premières fois cela m’a déclencher des sensations proche ou identiques à celles de mes sessions anerosiènnes. D’ailleurs cela me rendait complètement fou et ne me permettais pas de continuer ce petit jeu très longtemps. Après deux ou trois vagues je ne tenais plus et j’allais chercher mon éjaculation.
Ce qui c’est passé mardi, c’est la première fois que cela m’arrive avec une excitation si faible, si loin du point de non retour, et je m’y attendais pas. Non seulement c’était plus intense que les fois précédentes, mais en plus comme arrivant plus loin du point de non retour, cela permet de mieux le savourer sans craindre de passer le cap fatidique.
Alors voila, pour moi, c’est du bol, c’est du bonus et je suis pas sur de pouvoir en tirer une quelque chose de fiable pour t’aider, mais tu as la l’ensemble des points qui, je pense, peuvent avoir une influence. Je pense aussi que mes jeux et sessions m’ont permis de muscler le PC et cela joue aussi probablement un rôle.

En espérant que cela pourra t’être utile ainsi qu’a d’autres.