#17498
nikosnikos
Participant

J’étais réceptif hier soir. J’ai tâché de bien décontracter les abdos pour laisser champ libre aux mouvements de l’aneros en moi. J’ai tâché d’approfondir mon état de détente à chaque fois que je sentais le contact entre l’hélix et ma noix.

J’ai accompagné cela aussi légèrement et involontairement que possible en me persuadant que cette étincelle était un début de P-wave. Ma respiration a légèrement augmenté en intensité. J’ai continué à effleurer mon corps du bout des doigts pour sensibiliser chaque nerf à fleur de peau. J’ai observé patiemment ce qui se passait.

Cela s’est effectivement traduit par 2-3 petites P-waves, des mini-bulles de plaisir qui ont éclos dans le bas ventre, le coeur et la tête. Non pas parce que j’ai contracté volontairement pour les déclencher. Mais parce que je me suis abandonné à ce ressenti alors que mon corps était totalement détendu, sensibilisé et réceptif.

J’ai ensuite appliqué un niveau faible de contraction PC et de décontraction des abdos qui ont généré de toutes petites contractions involontaires saccadées. Peut être l’antagonisme entre deux groupes musculaires proches maladroitement coordonnés… Il faut encore que j’apprenne à accorder les différentes sections de l’orchestre ensemble. D’un autre côté, ces saccades étaient autant de petits coups sur ma noix et autant de petites chatouilles internes. Pas désagréable. Hier soir l’helix était un amant maladroit mais attentionné. J’ai essayé d’accompagner comme précédemment. Ce petit jeu a duré 15 minutes peut-être. Mais les mini P-waves se sont retirées comme un léger ressac.

Je n’ai pas compris ce qui est arrivé juste après. Ma tête s’est mise à tourner vite et fort, comme lorsqu’on a la sensation de chuter dans un demi sommeil. Mais là j’étais bien éveillé, et ça tournait encore et encore. Sans s’arrêter. Je me suis offert à ce tourbillon, j’ai arrêté de penser à ce que je faisais. Mon enveloppe physique s’est effacée, je n’étais plus qu’un esprit tourbillonnant.

C’était vraiment bizarre. Ça a subjectivement duré quelques minutes. J’ai rien compris. Je ne me rappelle pas avoir éprouvé de plaisir au sens endorphinique comme lors des petites P-waves de début de session. Mais ce chavirement lui même était agréable, inattendu et totalement inconnu.