#17658
Avatarhector
Participant

Alors, deux ou trois truc comme ça histoire de donner des news.


@filou
) Je ne sais plus si je l’ai évoqué ailleurs ou non, mais, une pratique à contre sens de ce qui est dit sur le forum, dans le traité, est de se masturber avec l’anéros en place. Pour moi, cela m’a permis à un moment de me faire prendre conscience de ma prostate et de son action. Alors il faut faire monté le plaisir doucement, faire attention à ne pas atteindre le point de non retour (qui pour moi au début était très proche voir avant le moment ou je sentais la prostate entrer en action).
Et pour un autre point, même si mon cheminement semble court (1 an environs) cela fait quand même une bonne 20 aine d’années que j’explore les sensations anales et que donc les barrières physiques et psychiques s’effritent.
Bon courage, ne lâchez rien (mais effectivement peut être qu’une pause s’impose) 🙂

1) Je viens de me connecté, le site a eu du mal à prendre en compte ma connexion, présence du « salutation Hector » et du « Se connecter/s’enregistrer ». Obliger de faire un rechargement forcé de la page (shift + clic sur l’icône de rechargement de la page – la flèche en cercle au bout de la barre d’adresse sous firefox) pour que ça passe. (Je note car j’ai lue que d’autre ont des problèmes de connexion. Peut être un nettoyage du cache et des cookies ferait du bien)

2) L’autre jour, je me suis fait une petite séance avec mon rosebud et je fut agréablement surpris des sensations qui se sont manifestées. En effet, j’ai sentie ma prostate battre, ou plutôt pulser, au contact du rosebud, à moins que cela soit juste le sang des vaisseaux du coin.
Cela à lancé des vagues de plaisir bien agréables. C’est assez surprenant parce que ce n’est pas le genre de sensation qu’est sensé apporter le rosebud d’une part et d’autre part c’est assez rare que j’ai ce type de pulsations au niveau de la prostate.

3) Cela fait quelque temps que je trouve, de manière générale, que je suis plus sensible. Enfin, comment exprimé cela, mes sens sont plus facilement excitables, surtout le touché et l’ouïe. Si l’ouïe est capable depuis longtemps de m’apporter des frissons de plaisir, c’est nettement plus fréquent actuellement et plus intense aussi. Ce qui est plus notable c’est que le touché si mets. Ma peau est plus sensible, et comme pour l’ouïe, des choses qui me faisaient rien me font du bien (et pour l’ouïe, ce qui me faisait du bien m’en fait encore plus). Ma prostate est plus sensible aussi, je sens régulièrement une sorte de chatouillement dans ce coin, qui, si je me laisse aller, permet de lancé une onde plaisante.

4) Tout ceci me semble avoir encore augmenter avec la réalisation d’un fantasme à caractère fortement sexuel pour moi, même si il n’y a pas eu acte sexuel en soit. La préparation du passage à l’acte m’a mené dans des états d’excitation très forts, me menant parfois au bord de l’orgasme classique (mais transformé de justesse en vague de bien être prostatique, probablement grâce aux séances de masturbation récente ou j’ai l’impression d’arriver à faire migré le plaisir du pénis vers la prostate 🙂 ). Bref, cette préparation et cette réalisation m’ont permis de tomber quelques barrières je pense, m’ont amené, ou plutôt ont relancés, quelques questions auxquelles je ne sais toujours pas répondre, ou ne veux pas.
Mais j’ai l’impression que depuis, ce que je décris en 3) est monté encore d’un cran. D’ailleurs, bien que moins sollicité, j’ai quand même l’impression que l’odorat entre dans la partie.

Bonus) Pour les questions, il s’agit bien sur des questions sur ma sexualité, voir mon genre. Pour les réponse, je pense quand même être attiré par les femmes de manière générale, et par les hommes de manières nettement plus exceptionnel. Mais, est ce que le fruit du conditionnement, des barrières, est dans l’attirance ou dans le non passage à l’acte? Bref, homo/bi/hétéro, quel sexuel suis je?
Par ailleurs, je ne sais pas si je suis homme ou femme, j’ai franchement l’impression d’avoir des facettes des deux, d’aimer en moi des facettes des deux… J’ai toujours dit sur le ton de la déconnade que j’étais lesbienne, mais finalement, n’est ce pas un point sur lequel j’ai mis le doigt depuis longtemps? En tout cas, je me sens de plus en plus en accords avec moi même, et même si j’ai du mal à ranger mon identité, mes pratiques, mes envies, etc dans une case, elles (mon identité, mes pratiques, mes envies, etc) ont l’air de prendre forme, de se stabiliser, de se solidifier indépendamment du masque sociétale que je prend.

Sur ce, bonne nuit les amis 🙂