#17805
AvatarLerris
Participant

Salut, me revoilà.

Durant ces deux semaines, je n’ai fait aucune session avec l’Aneros.
Par contre, dès le premier jour, j’ai eu des expériences prostatiques « à vide », parce que je n’attendais rien sans doute et que cela est donc venu à moi.

Je vais essayer de faire court.
Généralement, cela se passe la nuit ou au petit matin.
Je me détends, je respire profondément par le ventre, et petit à petit je commence à ressentir du plaisir dans le bas ventre. Ensuite, il y a deux chemins.

Soit je me laisse aller aux contractions involontaires et aux spasmes, et je finis par éjaculer (c’est arrivé deux fois). Le plaisir est concentré surtout au niveau du périnée. A la base, éjaculer n’est pas mon but, mais ça finit par se produire avec les contractions.

L’autre alternative, c’est quand j’essaye de maîtriser les contractions et les spasmes en me détendant encore plus (généralement parce que j’essaye d’être discret et donc de ne pas faire des bons de partout). A ce moment là, je découvre souvent que ces contractions musculaires cachent une autre sensation. Une sensation profonde, agréable, qui vient sans doute de la prostate. Étrangement, pour que cette sensation enfle, je dois concentrer mon attention sur autre chose, un son extérieur, un chatouillement au niveau de mon visage, etc. Et c’est là que les vagues de plaisirs commencent à monter jusqu’à ma tête. C’est vraiment très agréable.

Je pense que c’est cette voie que je dois suivre et j’arrive de plus en plus rapidement à atteindre cet état. Certaines fois, je sais que ça ne sera pas possible (trop de fatigue ou un transit perturbé par exemple) et j’abandonne, ce qui me fait penser que j’identifie beaucoup mieux le processus.

Quand j’arrive à atteindre l’état désiré, je m’aperçois vraiment que je suis détendu car, avant, les bruits extérieurs, les petites démangeaisons sur ma peau, les mouvements de ma compagne dans le lit, tout cela pouvait vraiment me stresser, me perturber. Alors que maintenant, je les accepte et je m’en sers même de support pour déclencher le plaisir.

Bref, je pense avoir un peu progresser même si je ne pense pas avoir atteint un vrai orgasme prostatique sec. C’est beaucoup plus difficile à atteindre que celui où j’éjacule car il faut vraiment que je sois détendu et que j’évite les spasmes.

Peut-être que l’Aneros m’aidera à aller un peu plus loin. Je devrais reprendre les sessions sous peu. J’ai acheté un lubrifiant silicone, mais je ne suis pas sûr qu’il me convienne. On verra.