#19254
AvatarLerris
Participant

Salut,
Me revoilà avec quelques nouvelles.

J’ai essayé l’Aneros coupé lorsque je suis assis, ça se porte cependant il y a une petite pression supplémentaire sur le périnée et ça peut irriter. Coucher, c’est mieux tout de même. J’ai fait quelques nuits avec et j’ai obtenu à peu près les mêmes résultats que précédemment. Les meilleurs moments sont sans doute quand les contractions font lentement remonter l’Aneros. A ce moment-là, on sent bien que la prostate est stimulé !

J’ai peu pratiqué avec les jouets Njoy. Je porte quelques fois le plug, c’est sympa sans être fantastique. La lourdeur de l’objet peut finir par être gênante. J’ai dû utiliser 2 fois le Pure Wand, donc je n’ai pas tellement de recul sur l’objet. Je ne pourrais m’adonner à des séances que lorsque je serais vraiment seul à la maison, donc pas tout de suite.

Du côté des sensations, en général, j’ai l’impression que je progresse petit à petit. Ma sensibilité se réveille et augmente chaque fois que je fais une séance. Ça se construit avec le temps. En ce moment, je ressens très souvent une sorte de frisson agréable dans le bas du corps : l’arrière des cuisses, les fesses, le périnée…
Mes tétons sont également de plus en plus sensibles et j’essaye d’orienter la sensation. Je m’explique, plus haut dans le sujet j’ai parlé de mon problème de « deux voies ». Quand je faisais une séance Aneros, si je touchais mes tétons, cela augmentais le plaisir, mais aussi le risque de me contracter et cela finissait généralement par une éjaculation. Donc, durant mes dernières pratiques, je me suis concentré pour me décontracter le plus possible tout en stimulant les tétons. Cela semble marcher car à présent cette stimulation semble s’ajouter à celle de la prostate sans bloquer ma progression vers l’orgasme.

En parlant d’orgasme, par contre, je ne l’atteins pas forcément, ou pas tout le temps. C’est toujours le même problème, difficile de dire si j’en ai ou pas car je ne sais pas vraiment à quoi m’attendre. Une des sensations que je pense reconnaitre comme telle se manifeste quand je m’endors suite à la relaxation ou que je me réveille la nuit, à ce moment une sensation puissante monte en moi et puis je suis transporté sur un petit nuage avec une sensation de plaisir diffuse. Mais, le reste du temps, ce plaisir diffus n’est pas forcément là. Je pense qu’il est peut-être un peu masqué par les autres sensations qui peuvent être très fortes, agréables, mais pas forcément exactement du plaisir. Comme c’est une sensation assez fragile, je pense qu’on peut facilement passer à côté à cause d’une petite contraction musculaire ou autre.

Bref, pour finir, j’ai fait l’expérience, une nuit, de sensations extrêmement fortes. J’étais dans un « état second » comme on peut l’être après une fête où on se fait plaisir, où on boit, etc. Ma perception de mes sensations était décuplée. Arès le coucher, mon désir s’est enflammé d’un rien, d’une pensée, j’ai senti la chaleur monter dans mon bas ventre. C’était déjà très puissant. Et puis, j’ai touché mes tétons et là… Indescriptible. Je suis resté fixé pendant de longues minutes, peut-être une heure, je ne redescendais plus, mes doigts s’activaient tous seuls. Pendant une partie du temps, j’étais quasi inconscient, les yeux révulsés, complètement soumis aux sensations. Je précise que je n’avais pas l’Aneros, j’étais « à vide ». Au bout d’un moment, j’ai voulu arrêter car ça devenait épuisant nerveusement, mais je n’y arrivais pas, mon corps faisait ce qu’il voulait. J’ai finis par me lever (en luttant pour y arriver) pour aller dans la salle de bain, et je me suis dit qu’une masturbation traditionnelle (accompagné d’un ou deux doigts là où ça va bien 😀 ) ferait redescendre la pression. L’orgasme a été explosif, heureusement que j’étais assis car je me suis affalé en avant.

Par la suite, je voulais me lever, mais j’ai senti une baisse de tension arriver (bourdonnement, tête qui tourne, nausée…), je pense que j’aurais pu tomber dans les pommes si je n’avais pas lutté. J’ai attendu un peu et je suis aller me recoucher, les jambes tremblantes. Je me suis allongé sur le côté, ce que je fais quand je veux que mon corps stoppe ses contractions et me laisse dormir. Mais, même là, dans cette position et après éjaculé plus tôt, mon corps ne voulait pas s’arrêter. J’ai du lutter, me décontracter mais en pensant à autre chose pour que ça ne reprenne pas. J’ai finis par m’endormir.

Très franchement, c’était une expérience assez formidable, mais en même temps ça a un peu dérapé. La puissance et la durée du plaisir peuvent être violente pour le corps. Je pense qu’on peut réellement s’évanouir à force.
Le fait de ne plus être aux commandes, c’est agréable, mais au bout d’un moment, quand ça ne veut plus s’arrêter, ça peut virer au cauchemars.

Je me dis que si ce genre d’occasion se représente, en utilisant en supplément l’Aneros, je ne sais pas trop à quoi m’attendre…

p.s. Désolé pour mes longs pavés de texte, je sais que ça peut être long à lire. Du coup, je ne sais pas si tellement de gens prennent le temps de les parcourir.