#19750
AvatarJeff
Participant

Bonjour à tous, et notamment à Andraneros qui anime magnifiquement ce site ;

je suis heureux de lire comment se déroulent vos expérimentations et vos cheminements.
J’ai le sentiment que les expérimentations des uns et des autres se recoupent parfois sur certains points
mais s’éloignent aussi considérablement sur d’autres.

En ce qui me concerne, je progresse doucement mais sûrement depuis deux ans. Je connais à présent de très belles séances, parfois de magnifiques. Ont été décisifs pour moi : la relaxation-méditation, d’une part, mais aussi le fait de ne pas hésiter à changer de masseur pour découvrir de nouvelles sensations de temps en temps.

Ce dernier point me parait essentiel. Dès le départ, j’ai eu le sentiment que les contractions devaient être extrêmement subtiles pour accéder au sublime. J’ai donc renoncé définitivement aux masseurs vibrants qui anesthésiaient complètement mes sensations. Puis j’ai utilisé l’Hélix classique assez longtemps, les progrès sont venus avec le Progasm utilisé en alternance. A présent, j’utilise énormément l’Hélix eupho qui est très léger et qui m’ouvre à de nouvelles sensations avec des positions que je fais varier (en chien de fusil ou le bassin surélevé). Je reviens bien sûr régulièrement à l’Hélix classique, l’important pour moi résidant dans l’alternance. Par contre, je suis aujourd’hui incapable de revenir au Progasm ou au Njoy Pure Wand que j’avais aussi acheté il y a 18 mois. Bref, tout se passe comme si mon évolution confirmait le ressenti initial.

Ecoûter son corps me parait essentiel, comme le stipule le traité d’ANÉROS : si je suis un tant soit peu stressé, si je ne dispose pas d’un laps de temps suffisant (au moins 2 h), je préfère remettre
la session.

Autre point important : il faut pouvoir disposer de temps pour progresser dans la durée. L’idéal serait de pouvoir connaitre des sessions longues de 3 heures, à renouveler 2 ou 3 fois par semaine. Ce n’est pas évident pour tout le monde..Il est vrai que l’on peut s’isoler la nuit et écourter son temps de sommeil, mais au final mes sessions nocturnes sont tellement excitantes que je ne peux dormir de la nuit (et la méditation-relaxation ne calme pas les choses). Je suis donc obligé de le faire avec parcimonie car le manque de sommeil me perturbe à moyen terme. En tout cas, chaque fois que j’ai pu avoir 3 sessions par semaine, voire 4, j’ai connu des évolutions importantes et révélatrices.
Mais bon, par rapport à ceux qui arrivent au nirvana en 3 mois, je dois faire figure de tortue. Peu importe : je n’en savoure que plus chaque progrès réalisé..

BON CHEMINEMENT À TOUS ET À BIENTÔT.

jeff