#20115
AvatarLerris
Participant

C’est vrai que j’avais eu des expériences nocturnes, mais elles étaient différentes et je n’en avais plus eu depuis un moment.
A l’époque il y avait une montée de sensations très fortes, aigus, mais qui n’aboutissaient pas forcément à un plaisir identifié. Même si c’était agréable. Alors que ce qui s’est passé récemment était à la fois plus doux (je ne crois pas avoir eu les yeux qui se révulsaient par exemple) et avec du plaisir vraiment identifié.
Je ne sais pas vraiment pourquoi j’ai arrêté de stimuler mes tétons sur le coup, peut-être parce que c’était vraiment fort et peut-être aussi parce que je ne suis pas seul dans le lit et que ça devenait difficile à contenir. Je n’avais pas envie de me mettre à crier…

Le jour d’après cette expérience, mes muscles étaient de nouveau un peu douloureux. J’ai tenté une séance Aneros pour voir si je pouvais renouveler l’expérience, mais de façon plus consciente cette fois. Mais, il a fallu que je stop, j’avais mal au ventre. Les jours suivant, j’ai été fatigué, barbouillé, j’ai eu mal à la tête. Ma prostate ne s’est pas vraiment manifestée. Donc, je laisse tout ça reposer.

L’expérience que j’ai vécu était vraiment plaisante, et je me sentais bien, j’étais joyeux, j’espère qu’elle se reproduira et que je pourrais un jour appeler ces sensations plus facilement.

Je voulais aussi dire, ou redire, que mes orgasmes du pénis ont gagné en puissance depuis le début de mon expérience, et que, pour l’instant, ils ont conservé cette puissance. Ça démarre par des fourmillements (un peu comme les petits nuages que j’évoque, mais plus légers), au niveau du coccyx, de la prostate et des fesses. Puis, cela termine par un plaisir puissant qui me fait élever la voix à chaque fois avec de fortes contractions qui durent pendant un petit moment, même après. Je m’abime presque la voix d’ailleurs.

Bref, j’ai envie de dire que, même si on arrive pas à découvrir l’orgasme prostatique tout de suite, il y a tout de même des bénéfices indirects très plaisants. Ça vaut le coup.