#20130
AndranerosAndraneros
Modérateur

Vous avez raison @fidelio de remettre en cause votre pratique du plaisir prostatique si vous pensez qu’elle perturbe gravement l’équilibre de votre vie. C’est une attitude sage dont vous tirerez les plus grands bénéfices.

Votre réaction à la découverte du plaisir prostatique telle que vous nous la décrivez dans vos témoignages n’est pas isolée sur notre forum. D’autres membres ont exprimé à leur manière une peur ou une angoisse qui ressemble à la vôtre (Voir avec ce lien comment retrouver les interventions sur cette difficulté du cheminement). Je me suis moi-même posé les mêmes questions dans un contexte beaucoup moins brutal dans la mesure où ma propre découverte a été beaucoup plus lente et m’a donc permis d’absorber le réveil de ma libido avec moins de difficultés.

Que se passe-t-il ? A mon avis nos amis qui se sont trouvés ou qui se trouvent comme vous dans une situation de perte de contrôle de leur envie de jouir subissent les effets de plusieurs sources de pression.
-1) Certains d’entre nous peuvent traverser, avant leur découverte du plaisir prostatique, des situations difficiles de nature à fortement les fragiliser et éventuellement à l’origine d’une recherche de compensation dans une forme de satisfaction solitaire à l’abri des aléa sociaux.
-2) Cette expérience permet d’atteindre une intensité de plaisir qui dépasse tout ce à quoi on peut s’attendre (c’est ce que j’ai ressenti à plusieurs reprises dans mon propre cheminement). Un tel saut dans l’inconnu peut tout à fait normalement déséquilibrer une personnalité ou un organisme et conduire à rechercher frénétiquement la répétition de ce plaisir qui nous paraît presque irréel et qu’on a peur de perdre.
-3) Dans un domaine dont j’ignore tout, bien que beaucoup moins qu’avant ma découverte du plaisir prostatique, cette forme de plaisir peut réveiller en nous des formes d’énergie que notre culture ne nous permet pas de gérer spontanément en les ignorant depuis des siècles. Nous pouvons légitimement avoir peur que notre corps nous échappe.

Que faire ? Bien entendu reprendre un contrôle raisonnable de notre conduite. Cela suppose de prendre un peu de recul, de réfléchir, de modérer les réactions dont nous sommes l’objet. Cela suppose d’écarter toute crainte qui sera inéluctablement source de crispation et de conflit. Cela suppose aussi que nous acceptions de devenir, sous l’influence des forces que nous réveillons en nous, différent de ce que nous étions avant notre découverte d’une jouissance qui renverse tout. Chaque cheminement vers le Super O’ est différent de celui des autres. La réponse à cette dernière question est tout aussi profondément personnelle.

Ce qui me paraît important c’est que plus vous avez confiance en votre cheminement, mieux vous gérez les difficultés qui peuvent le perturber. Votre cheminement vous a apporté tant de découvertes sur votre potentiel orgasmique que votre cerveau ne sait plus comment utiliser ces nouvelles connaissances à bon escient. Soyez en sûr il y parviendra mais il lui faut un peu de temps. Vous avez peut-être aussi besoin de parler et d’extérioriser ce que vous vivez. Votre compagne ou compagnon devrait pouvoir vous apporter son écoute attentive et vous aider à retrouver votre équilibre, votre nouvel équilibre.

Bon cheminement @fidelio.