#20344
AvatarLerris
Participant

La même histoire qui se répète.
Pour résumé les épisodes précédents, j’ai eu un orgasme prostatique pendant une nuit où je n’attendais rien. Puis, plus rien.
Ensuite, j’ai retrouver des sensations agréables avec des jouets qui ne me font rien habituellement. Puis, plus rien.
C’est toujours la même chose, je touche du doigt le plaisir, j’essaye de le reproduire les jours d’après, mais tout ce que j’obtiens c’est une énorme frustration.

Cette nuit, de nouveau, j’étais détendu et, avant de m’endormir, je me suis même dit que c’était l’état parfait pour atteindre l’orgasme. Car, je n’étais pas focalisé dessus, mon corps ne cherchait pas absolument les contractions. Comme je le disais dans un message précédent :

Et c’est peut-être ça qui a fonctionné. Mes muscles étaient assez reposés, mon esprit moins focalisé.

Au moment précis où j’allais sombrer dans le sommeil, j’ai même senti quelque chose monter en moi. Mais, j’ai fini par m’endormir quand même.

Au cours de la nuit, je me suis réveillé avec cette sensation plaisante qui montait. Je respirais lentement, mon esprit était en position d’observateur, pas d’acteur. A chaque expiration la sensation augmentait. Les petits nuages sont venus me visiter plusieurs fois, c’était agréable et j’étais heureux. Je n’attendais rien de plus. Et puis, à un certain point, mon esprit a commencé à s’effacer à chaque expiration. Puis il a disparu et à la place j’ai été envahi par un plaisir pur. Cela a duré un bon moment et puis ça a fini par repartir et je n’ai pas réussi à le rappeler car j’étais beaucoup plus réveillé et mon esprit s’est focalisé sur ma prostate.

Ça a été une nouvelle expérience riche en enseignements.
Premièrement, je comprends pourquoi j’ai tant de mal à mémoriser ces moments, ou à les décrire. Car quand cela arrive, ma conscience s’efface, je suis juste dans le ressenti, il n’y a plus que le plaisir et rien d’autre. C’est un moment unique, insaisissable.

Deuxièmement, j’ai l’impression que mon corps m’a envoyé un message. Il m’a dit : « Cela n’arrive que lorsque tu ne le cherches pas et que ton esprit se déconnecte ». Et c’est vrai que je n’ai jamais ressenti ce plaisir pur autrement que lorsque je m’endors ou me réveille. D’ailleurs, même les sensations que j’ai eu, il y a quelques jours, avec mes sextoys, ne se sont produites qu’au moment où mon esprit partait ailleurs. Bref, mon esprit me parasite. Du moment où je suis conscient, je focalise et sans le vouloir je bloque, je crée une barrière. Il faut donc que j’apprenne à lâcher prise, peut-être en cherchant l’endormissement durant mes sessions. A un moment donnée, j’arriverai peut-être à trouver cet entre-deux qui me permet d’atteindre l’orgasme. D’ailleurs, depuis que j’ai commencé les sessions, j’arrive presque à trouver ce canal de l’endormissement de façon consciente. Je me relaxe quand je suis au lit, et certaine fois, j’arrive à obliger mon esprit à s’éloigner et paf, à un moment, je dors. C’est un début.

Troisièmement, je pense que je commence à différencier les P-waves, qui me font des petits nuages dans le bas du corps et que je ressens souvent, des Mini-O, qui me font des nuages avec en plus du plaisir, ce que j’ai pu ressentir avec mes sextoys il y a quelques jours, et les Super-O, qui sont ce plaisir pur qui m’envahis et emporte tout, plaisir que je n’ai eu que de nuit sans Aneros et sans le vouloir.

Voilà. Encore une fois, cet apprentissage me met face à mes défauts : les tensions qui m’habitent, mon acharnement, ma difficulté à lâcher prise.
J’ai l’impression de me répéter, je crois que j’ai déjà parlé de tout ça avant, je n’arrive juste pas à apprendre la leçon et à l’appliquer.