#20465
AvatarLerris
Participant

Je reviens vous donner des nouvelles, ça ne va pas très bien.

La dernière fois, j’avais conclu que j’avais besoin de lâcher prise pour que l’orgasme prostatique arrive, car je n’arrivais à l’atteindre qu’en plein sommeil. Dès l’instant où je prenais trop conscience, cela s’arrêtait. Et puis, je m’acharnais trop.
Donc j’ai essayé de moins stimuler ma prostate en gardant des jours de repos et je me suis mis à écouter des vidéos d’hypnose sur le lâcher prise. J’ai aussi essayé 1 ou 2 fois d’écouter Hypnoaerosession avec l’aneros en place.

Le problème c’est qu’en ce moment je souffre d’une grande crispation des muscles du visage, notamment autour et derrière les yeux et un peu au niveau de la mâchoire et du cou. Et je pense que la stimulation de la prostate n’y est pas étrangère. Bien sûr, il y a aussi la fatigue oculaire car je travaille devant un écran, et le soleil ainsi que la clim n’arrangent pas les choses. Mais, ce qui est certain également, c’est que chaque fois que ma prostate se réveille, il y a comme une connexion avec mes yeux ou plutôt un muscle qui se situe derrière eux. J’avais déjà parlé du fait que mes yeux ont tendance à papillonner ou se révulser lors des vagues prostatiques. C’est le même phénomène. C’est comme si un courant électrique (nerveux) reliait la prostate à ces muscles et ça les mets en tension. Au point, qu’en ce moment, ils sont constamment crispés et je sens une pulsation dans mon visage. C’est désagréable, cela me fatigue et me donne mal à la tête. Et cela ne veut pas partir, depuis plusieurs jours. Pourtant je n’ai pas refait de session. Le soucis, c’est que ma prostate ne semble pas vouloir se mettre au repos. Même si je ne fais rien dans la journée, elle se réveille la nuit. D’ailleurs, je me dit que sans cette tension dans ma tête, j’aurais déjà eu quelques orgasmes supplémentaires. Car les sensations montent la nuit, mais la crispation refait alors surface et ça stoppe tout.

Je suis un peu désespéré. J’essaye de me relaxer au maximum, je prendre 1 ou 2 h le soir pour essayer de décontracter complètement ces muscles, mais c’est devenu presque impossible. De plus, j’ai un peu peur que, même si cela se calme, ça se réveille de nouveau dès que je voudrais stimuler de nouveau ma prostate.