#20471
AvatarLerris
Participant

Salut et merci pour ta réponse. Il n’y a pas beaucoup d’activité en ce moment sur le forum et j’ai l’impression de parler dans le vide, alors que j’avoue avoir besoin d’aide et de soutient, car la situation n’est pas facile à vivre.

Il y a peut-être un peu de psychosomatisme, tu as raison, mais malheureusement, pas que. J’angoisse de la situation et donc ça n’arrange pas l’affaire, mais la situation en elle-même est réelle et n’a rien de psychologique.

Tu sais, quand tu stimules ta prostate, tu vois bien que les jours suivant ton corps a tendance à continuer les contractions involontaires autour de celle-ci. Et bien imagine juste que pour moi c’est un peu la même chose avec en plus de contractions des muscles derrière les yeux, le nez et le cou.
Là où ça se corse, c’est que ça ne se calme pas car, même si j’essaye de ne pas faire de séance, mon corps continue à travailler sur la prostate la nuit. Et sans que je puisse en tirer du plaisir en plus, car les contractions au niveau du visage m’en empêchent. C’est un cercle vicieux. Il faut aussi que j’évite de stimuler ma libido car mes muscles autour de la prostate se réveillent très vite. C’est un calvaire.

Comme je le disais, je crains que, même si j’arrive à faire une grosse pause qui évacue ces contractions, elles ne se réveillent dès que je vais reprendre mes séances Aneros. Et ça me semble assez évident puisque depuis le début, j’ai toujours eu les yeux qui se révulsent, qui papillonnent ou ces pressions dans le visage, quand ma prostate était stimulée.

Bref… Je suis un peu dégouté là. Surtout que j’avais l’impression de toucher au but, avec des orgasmes nocturnes de plus en plus fréquents.