#20540
AvatarLerris
Participant

Bonjour Andraneros, merci pour ta réponse.

Pour décrire précisément mes sensations désagréables, je dirais qu’il s’agit tout d’abord d’une sorte de vibration derrière mes yeux, qui doit suivre les battements de mon cœur ou les contractions autour de ma prostate. En plus de cela, je peux avoir une crispation d’un muscle derrière le nez et au niveau de la nuque.

Pendant quelques jours, j’ai arrêté toute sollicitation de la prostate et les sensations se sont calmés. Mais, hier, le simple fait de faire des exercices de respiration, qui ont réveillé ma prostate, cela a aussi réveillé les sensations désagréable derrière mes yeux. Il y a donc bien un lien.

Je ne pense pas qu’il s’agisse d’une pathologie oculaire. Mes yeux sont sensibles, certes, mais les ophtalmologistes ne m’ont jamais trouvé de problème.

En réalité, comme je le disais précédemment, je pense qu’à un moment de ma progression, il y a eu une sollicitation trop fort et trop soutenue des muscles de mon visage, suite à des expériences prostatiques qui ont provoqué la révulsion de mes yeux et autres phénomènes de crispation. Comme je n’ai pas su m’arrêter pour me reposer vraiment et qu’en ce moment j’ai tendance à ne pas manger assez, mon avis est que c’est une sorte de blessure de fatigue. Il faut dire aussi que le « petit plus » que j’ai pu utiliser pendant certaines de mes séances décuple tellement les sensations que ça a pu me faire dépasser mes limites également.

Bref… Je n’ai plus qu’à attendre un bon moment sans rien faire pour que le repos fasse son travail. Ensuite, je ressaierai l’Aneros, en espérant que les sensations désagréables ne reviennent pas. C’est dommage, j’avais la sensation de toucher au but. Si jamais je peux reprendre mes séances, je pense que je me limiterai à 1 par semaine maximum. Je dois être raisonnable.

Je dois aussi préciser que, depuis que je sollicite ma prostate de façon intensive, il se passe bien un des phénomènes que j’avais pu lire et qui me faisait peur : lorsqu’il y a stimulation sexuelle, mon corps a tendance à activer ma prostate plutôt que mon pénis. Mes érections sont donc devenus plus difficile à obtenir et restent moins longtemps. C’est difficile à vivre. Le plaisir est plus fort pendant mes relations sexuelles, mais si je ne peux plus avoir d’érection, c’est un problème. Sans parler des questions que ça peut susciter dans le couple.

Il faut que je trouve un équilibre dans tout cela, je n’ai pas envie de me retrouver avec des problèmes permanents.