#20594
AvatarUlyxir
Participant

Bonjour à vous tous

Je viens enfin de m’inscrire sur le forum de cette belle communauté d’aventuriers de la CULture, mais surtout des plaisirs !
Et après une brève présentation dans « La présentation des membres », je vous fais part de mon cheminement débuté il y a deux ans maintenant.

Dans ma boite à outils, peu de chose. Juste un Hélix, un Vice et depuis peu un Njoy Fun Wand (je voulais le Pure Wand suite aux témoignages de @super44, mais il y a eu une erreur dans ma commande..).
Je trouve que le Vice ne me convient pas. Trop gros, difficile à lubrifier car gel à base d’eau obligatoire qui finit par sécher assez rapidement et les vibrations n’engendrent rien de plaisant pour le moment. Ça fait des mois qu’il reste au fond de la boite. Peut-être devrais-je le ressortir pour le re-tester… Quand au Fun Wand, je le découvre à peine. Mon jouet actuel donc, le Hélix.

J’ai préfère largement être seul chez moi pour me lancer dans une session, même s’il m’arrive d’aller « méditer » quand ma femme est chez nous (le mot « méditer » donne à chaque fois un sourire à ma compagne..!).

Pour parler un peu « technique » après des dizaines et des dizaines de sessions avec plus ou moins de bonheur, je procède en gros comme ça :
Pour la préparation , un tour aux toilettes puis un suppo maison de beurre de karité bio et un quart d’heure après environ insertion de l’Helix avec du lub silicone.
Coté musique, ça dépend de l’humeur. Des fois un peu électro. En ce moment suis plutôt sensible aux belles voix féminines (la dernière en date avec Sade – Aaaaaahgrrr). D’autres fois un porno de base. Et de plus en plus souvent sans rien, en restant juste focalisé sur les sensations de mon corps, en mode spectateur.
Je débute la session en respirant sans forcer, sans focaliser sur les pensées. J’ai beaucoup progressé sur ce point en ayant pratiqué et suivi les conseils du livre « Au coeur de la tourmente, la pleine concience » de Jon Kabat-Zinn.
Puis, souvent, je laisse faire. Plus besoin de faire des contractions volontaires (ou du moins consciemment). Les minuscules contractions viennent toutes seules et je me mets en pilotage automatique en laissant mon corps allumer les étincelles puis les flammèches. La respiration suit au fur et à mesure. Si tout va bien la chaleur s’installe dans le bas ventre, accompagnée de plaisirs. Et tout ça continue de monter.

Plus intéressant, les sensations !
Ben, pour commencer, je dirais que c’est très inégal.
Les plus marquantes que j’ai vécu peuvent se résumer en plusieurs groupes.
– Les sessions où ça ne démarrent pas bien, où je sens que je ne suis pas « dedans ». Dans ce cas, j’arrête au bout 1/2h à 3/4h, surtout si je n’ai pas du temps devant moi pour lâcher-prise et laisser le corps et l’esprit entrer dans la session.
– Celles où je ressens un plaisir fort, soit localisé au niveau de la prostate, ou même dans tout le corps. Mais tout en restant très conscient et être un peu sous contrôle de mon esprit.
– D’autres où là par contre j’arrive à m’abandonner totalement aux plaisirs de mon corps, à gémir et à respirer fort, à avoir des fantasmes fous dans ma tête, à me sentir femme avec un vagin et une vulve, à me sentir pris(e) par un doux doigt ou un énorme braquemart, à baigner dans ces plaisirs qui remplissent tout le corps. Même si je n’ai pas d’orgasmes qui emportent tout, ces séances sont orgasmiques pour moi dans le sens où je ressens des plaisirs forts voire à la limite du supportable et légèrement différents à chaque fois. Et très féminins. Ce sont mes échappées belles du moment.
– Les sessions nocturnes. Uniquement si je ne suis pas trop fatigué, sinon même avec l’Hélix, je peux dormir profondément. Et seul aussi dans le lit. Car quand ça se réveille, le voyage est long et intense.

Le must pour moi a été une vague de plaisir intense qui part du ventre jusqu’à la tête. Je ne sais si c’était un mini, un moyen, un grand ou un super O, mais en tout cas c’était un O comme j’en avais jamais connu. De ceux que l’on peut imaginer ressentir nos compagnes ! Et qui m’a laisser le sourire aux lèvres pour tout le reste de la journée avec l’impression d’avoir découvert le secret des orgasmes féminins. Malheureusement, je ne l’ai vécu qu’une seule fois, et il y a 4 mois de ça. Mais l’ayant déjà vécu une fois, je sais (et j’espère…) qu’ils reviendront. Certainement comme la première fois, sans que je m’y attende. Pas simple comme alchimie….

Il n’est arrivé aussi quelques fois d’avoir de belles session sans Anéros. Juste avec d’amples respirations et de légères contractions, entrecoupées de fortes, histoire de réveiller la bête, et ensuite juste des légères en visualisant mentalement les caresses musculaires faites dans la zone des chatouillis. C’est très mental au départ mais ensuite avec les respirations qui deviennent de plus en plus présentes, tout s’auto-entretien. A la fois les légères contractions et les amples respirations. Au bout d’un moment, ce n’est plus mental mais bel et bien physique ! De fortes chaleurs accompagnées de fortes montées de plaisirs, pour finir dans des bains de plaisirs. Pour l’anecdote, j’ai passé une fois une à deux heures à baigner la dedans une après-midi de we (au lieu de faire une sieste car j’avais une belle soirée en perspective). Et bien quand il m’a fallu aller à cette soirée, j’étais dans un tel état de chamboulement interne, dans le corps et aussi dans la tête, complètement en l’air, que j’ai dû marcher pendant une bonne heure pour redescendre et atterrir un peu avant d’y aller. Car sinon je me sentais complètement déconnecté, comme ivre de ces plaisirs qui restaient encore bien présents.

Comme quoi, les sessions sont très différentes les unes des autres.

Personnellement, je ne trouve pas évident de réunir toutes les bonnes conditions à la fois dans la vie quotidienne : ne pas être déranger, du temps et l’esprit libre.

Rien de révolutionnaire par rapport à tous les témoignages déjà présents sur ce forum. Juste une pierre à l’édifice. Tout ce que j’ai mis en pratique, je l’ai puisé principalement à partir de ce forum.
Et aussi pour partager ces découvertes avec vous. Car à part ma compagne, je trouve qu’il est difficile d’en parler même à des amis proches, surtout masculins. On sent bien que cela va à l’encontre de trop de tabous sociaux.

En route vers l’Extase !