#20905
AndranerosAndraneros
Modérateur

Pouvez-vous m’en dire plus sur les effets orgasmiques que ce petit masseur anal produit chez vous ?

« Votre sérénité, pouvez-vous me dire quel est le numéro du compte en banque de Monsieur ? », dit Francis Blanche en désignant un spectateur dans la salle. « Oui » répond Pierre Dac, le Sâr. « Vous pouvez le dire ? » « Oui ! » « Vous pouvez le dire ??? » « Oui !!! » « Il peut le dire ! Bravo ! Il est vraiment sensationnel ! ».
Avant d’apporter ma réponse à votre question, je pense qu’il est important de rappeler que chaque expérience orgasmique
– 1) est influencée par la combinaison de multiples facteurs (physiologiques, psychologiques, sociaux, culturels…),
– 2) est vécue différemment par des personnes différentes
– 3) est vécue différemment par la même personne à des moments différents,
– 4) est donc personnelle et unique.
Sexagénaire de plus en plus avancé au fil des années, je vis avec une prostate qui a pris un volume plus important que celui qui était le sien du temps de ma jeunesse. Même si je n’en souffre pas cette évolution modifie vraisemblablement mes sensations rectales et la mobilité du masseur. J’ai découvert la jouissance prostatique en insérant mon masseur au coucher pour le garder toute la nuit en raison de mon incapacité à combiner consciemment excitation, relaxation, respiration, contractions volontaires et lâcher prise. Enfin j’ai développé une capacité à vivre des expériences orgasmiques sans insertion de masseur (« A-less »), sans rien faire pour cela dans un premier temps.

En conséquence @nikos ce que je vais dire peut se rapprocher de votre vécu ou non, peut vous apporter matière à expérience ou non. Ne l’oubliez pas.

Ces orgasmes sont ils semblables à vos orgasmes prostatiques

Globalement oui. Je sens la même boule de chaleur / douceur naître dans le bas ventre. Je sens la même « chatouille » pour reprendre votre expression qui me convient bien. Dans tous les cas je sens peu les mouvements du masseur, je sens plutôt comme une vibration faite de micro-mouvements. Ensuite cette boule de douceur devient une boule de jouissance qui se gonfle et monte le long de ma colonne vertébrale. jusqu’à ce que je devienne entièrement jouissance. A ce moment il n’y a plus dans ma perception ni mon corps, ni mon sexe, ni mon masseur, ni mon orgasme, etc. Tout se fond dans le plaisir. Cette perception est plus ou moins la même avec Helix, Eupho, Tempo, Peridise et aussi sans aucune insertion.

La présence de l’Helix et de l’Eupho apporte plus d’intensité dans la mesure où ils créent un point central, un cœur, d’où je sens jaillir toujours plus d’énergie pour alimenter mon plaisir. C’est dans cette situation que, quand je parviens à approfondir mon relâchement musculaire pour éliminer toute forme de contraction, je vis des phases orgasmiques qui peuvent durer une éternité (le hasard m’a permis une fois de constater qu’une de ces phases avait duré plus de trente minutes) . Mes phases orgasmiques sont en général plus courtes avec le Peridise.

Mon expérience orgasmique est devenue très mentale ce qui explique que je ressens peu les différences de stimulation entre les masseurs. En ce qui me concerne je pense que le désir de jouir et les réflexes acquis (« rewiring ») sont devenus plus importants que la forme du masseur.

J’espère que ma réponse contribuera un peu à la suite de vos progrès vers le Super O’. N’hésitez pas à revenir sur le sujet si ce que je viens d’écrire ne vous paraît pas suffisamment clair. J’encourage les lecteurs qui ont eux aussi l’expérience des deux types de masseurs à compléter votre information en apportant leurs propres réponses à votre question.

Bon cheminement @nikos.