#22738
PeriPeri
Participant

C’est la convergence des conversations du forum officiel et des pratiques du yoga/tantra qui m’ont encouragé à me fixer une période de 21 jours minimum sans éjaculation. Auparavant, j’effectuais cette tâche une fois par semaine pour me soulagé d’un désir libidineux de plus en plus tenace. Cette fois, j’ai réussi à dépasser ces moments de la journée où, sans qu’on le souhaite spécialement, l’attention se focalise sur ce genre de sujet. Le mental à cette faculté de nous imposer ces volontés, ces habitudes. La méditation me permet de changer l’habitude de mon mental, celle-ci n’est plus de se fixer sur un objet jusqu’à son obtention mais plutôt de s’adapter à l’environnement en toute tranquillité.
J’ai remarqué quelque chose d’étonnant au niveau de la zone d’ou part mon excitation sexuelle. Avant elle débutait systématiquement du cerveau et descendait la colonne jusqu’a mon bassin et mes organes génitaux. Maintenant c’est l’inverse, elle part du bas vers le haut. C’est probablement l’un des effets du pranayama (exercice de contrôle du souffle) et bandhas (petites contractions musculaires localisées). Entre les deux sens de déplacement de l’énergie sexuelle le second génère un plaisir plus épanouissant, plus doux, plus aimant et c’est lui que je favorise en conservant mon sperme.
Shiva (la divinité masculine dans la tête) et Shakti (la divinité féminine dans le bassin) doivent s’unir pour obtenir la libération et c’est à Shakti de faire le premier pas… Je me passionne pour ces concepts orientaux qui selon moi illustrent des manifestations bien physique que je constate et qui m’emplissent de plaisirs. Je publierai les références de mes sources si cela peut être utile.
Il me parait clair que pour obtenir de bons résultats dans toutes entreprises, il faut agir avec conscience et le plus de confort possible. Malgré mes efforts quotidien il m’arrive encore de faire fasse à de mauvaises habitudes passées. J’évolue donc avec prudence. Je ne rejette rien de ce qui fait parti de moi. J’essaie de tirer le meilleur en faisant des compromis et en prenant de bonnes habitudes chaque jour.
En espérant que ces considérations ne vous paraissent trop ésotérique.

Après avoir rédigé les lignes qui précèdent, j’ai relu certains messages de bzo. Il parait évident que nous partageons quelques divergences au vue de notre expérience du yoga. Je le cite :
« je ne crois pas que le relâchement profond dans le cadre du yoga,
me soit d’une grande utilité dans celui du massage prostatique,
en effet quand on prend une posture, certains muscles restent en tension pour maintenir la pose
et tout le reste se relâche profondément, on se laisse envahir par la respiration yogique. »
J’ai constater qu’il est contre productif d’appliquer volontairement des techniques de yoga durant le massage prostatique. Le lâcher prise est d’or ! J’ai remarqué que les habitudes prisent durant mes exercices de yoga appuient les réflexes de jouissance de mon corps. Mula Bandhas et Shambavi Mudra sont de cela.
Pour ma part je suis les leçons du site : https://www.aypsite.ch/index.php.
En espérant ne pas être trop prosélyte cette fois.

Votre Peri.