#22993
bzobzo
Participant

détail technique pour les gens qui éventuellement après m’avoir lu, s’essaieraient à des postures assises,
on n’est pas complètement assis sur le masseur bien sûr, celui-ci serait écrasé et on ne pourrait pas le bouger.
Les bras sont tendus plus ou moins en arrière du corps, le poids du corps repose en grande partie sur les mains pour avoir une position légèrement surélevé pour qu’on puisse donc effectuer toutes les manœuvres nécessaires avec le masseur.
C’est assez fatiguant, très fatiguant même en fait ces positions assises mais excitantes en diable,
on a des angles très intéressants de pression sur la prostate, celle-ci semble plus offerte, plus exposée, si en plus on soulève une jambe, voire les deux (encore plus fatiguant), ouah la la, on grimpe vite au plafond.

Séance d’une petite demie heure aujourd’hui, après chaque long orgasme, ceux de plusieurs minutes, j’aime rester une minute ou deux à regarder le plafond sans rien faire. Le corps est tellement détendu après ces longs orgasmes, on se sent léger, épanoui, on flotte presque, la chair nous remercie quelque part sourdement et nous même on la remercie en retour de ce qu’elle nous a fait partager.

Je vais évoquer maintenant pour la première et la dernière fois aussi sans doute le fameux super ‘O’. Quoi de plus surfait que ce concept, vous débarquez sur tout forum consacré aux plaisirs de la prostate, partout dans tous les recoins, vous allez entendre chuchoter sur le fameux super ‘O’, super ‘O’ par-ci, super ‘O’ par là. Ce serait le graal, la Mecque, le Walhalla, le but ultime,

les prostatinologues dissertent à longueur de message dessus mais combien de gens se gâchent leur séance en espérant à tout bout de champ au fond d’eux enfin sentir le fameux super ‘O’ les soulever comme un fétu de paille un jour de bourrasque. Mais cela ne va que freiner leur évolution, éveiller des frustrations. Car le fait est que le super orgasme, il n’existe pas, il y a des orgasmes plus ou moins forts un point c’est tout.

Au début vous avez des petits orgasmes de quelques secondes, puis ils vont devenir de plus en plus long, au début vous allez les ressentir uniquement dans la zone du bassin, après peu à peu ils vont se répandre dans tout le corps, vous allez commencer à ressentir des tremblements et des contractions involontaires, ceux-ci aussi vont se répandre peu à peu dans tout le corps. Après? Je ne sais pas, j’en suis plus ou moins là, des orgasmes de 5mn pour les plus longs, ressentis dans tout le corps et puis beaucoup de tremblements, ainsi que des contractions plus ou moins fortes et plus ou moins longuement.

Mais il n’y a pas un moment, une frontière à partir de laquelle votre orgasme devient un super orgasme, pour moi,c’est juste votre petit orgasme du début qui s’est étoffé, enrichi, paré des milles et un atours de la jouissance qui n’a aucune limite, par conséquent votre petit orgasme du début, il va devenir un géant ‘O’ à force de travail.

Je crois que cela tient avant tout d’un fantasme, le plaisir sexuel avec le pénis, il aboutit à l’apothéose de l’orgasme éjaculatoire, au cours d’une séance prostatique, on est enclin à fantasmer le même genre de cycle où le super ‘O’ tiendrait lieu d’orgasme éjaculatoire. Je crois qu’il faut se débarrasser de ce genre d’attente pour pouvoir progresser, je parle d’expérience, comme tout le monde j’ai eu une période comme cela où j’attendais le messie mais pour moi désormais c’est fini.

Allez bonsoir