#23203
bzobzo
Participant

bien en selle à nouveau désormais
et il y a du nouveau…
Comme je le pressentais hier, cette mini-crise que j’ai du surmonter me fait repartir sur des bases nouvelles, élargies.

les vagues du plaisir, expression banale… Mais qui dit houle, dit creux de vague, dit sommet de vague, c’est très important à comprendre cela car ce sont les creux de vague qu’il faut apprendre à bien négocier pour faire durer le plaisir, le faire monter en intensité durablement sans lassitude jour après jour.

Ma séance d’aujourd’hui à surtout consister à explorer ces nouvelles sensations, ces nouveaux rythmes que j’ai découverts en moi grâce à la prise de conscience de ce phénomène de houle des sensations du plaisir prostatique.
La plus spectaculaire nouveauté, c’est la faculté toute neuve que j’ai acquise de déguster,
dégustation lente et systématique du plaisir généré. A certains moments de lentes, de très lentes pressions de Carabosse, ma petite fée en silicone contre ma prostate chérie, j’avais l’impression d’être comme avec un vieux vin dans la bouche, de le garder longuement dans la gorge, de m’en gargariser pour en découvrir toutes les arômes, toutes les senteurs, toutes les nuances avant de l’avaler, je ralentissais encore le mouvement, j’étais quasi à l’arrêt pour prendre le temps de tout bien ressentir, ne plus perdre aucune goutte du plaisir et non plus me précipiter vers de nouvelles sensations quand je sentais un creux de vague.

C’était délicieux, des rythmes lents et calmes avec des sensations nouvelles, très nuancées qui alternaient avec des moments de frénésie plus classiques chez moi avec enchaînements d’orgasmes plus ou moins longs où j’étais en roue libre.

Les creux de vague en fait après un certain temps, ce ne sont même plus vraiment des creux de vague, juste une autre façon plus tranquille de goûter le plaisir, une alternance saine qui respecte le rythme naturel de la houle, laissant ainsi le temps à son imagination, à son instinct et à ses sens de s’emballer à nouveau

allez bonsoir