#24211
AndranerosAndraneros
Modérateur

@philaneros, je ne peux que vous encourager à vous efforcer de bien séparer votre fin de session de toute masturbation classique. En ne respectant pas ce conseil vous conduisez votre inconscient à attendre l’orgasme avec éjaculation comme la conclusion normale du massage prostatique. C’est le contraire de ce que vous souhaitez. En repoussant ne serait-ce que d’une heure cet exercice vous évitez cet inconvénient.

Vos progrès en si peu de temps sont remarquables. Votre potentiel de connaître rapidement l’orgasme prostatique et le super O’ me paraît très fort. Je pense que ce serait dommage de freiner, voire de bloquer votre évolution en conservant cette association. Plus le débutant isole ses sessions de massage prostatique de ses masturbations avec éjaculation, mieux il se prépare à reconnaître les sensations de plaisir qui naissent autour de sa prostate comme les prémices de sa nouvelle jouissance prostatique. Plus tard quand vous vivrez régulièrement des orgasmes prostatiques vous pourrez y associer à nouveau vos masturbations pour votre plus grande satisfaction.

Je suis désolé de ne pas bien comprendre de quels muscles vous parlez quand vous sentez l’aneros vous pénétrer plus profondément. L’aneros bouge d’abord sous l’effet des contraction des muscles de l’anus qui en se resserrant poussent le masseur plus profondément grâce à la forme conique de son corps entre la partie externe (bras et selon les modèles poignée) et le premier bulbe. Plus la contraction est intense, plus il pénètre profondément. Les contractions volontaires légères initiales ont pour effets :
1. de déplacer le masseur ce qui commence à stimuler la prostate à travers la paroi rectale ;
2. de fatiguer peu à peu ces muscles qui finiront par échapper à votre contrôle (si vous êtes suffisamment détendu)
3. de déclencher sous la pression du masseur des contractions péristaltiques (les contractions involontaires qui font avancer le bol alimentaire dans le système digestif jusqu’à l’élimination des déchets) qui repoussent le masseur vers l’extérieur (si vous êtes suffisamment détendu),
4. de stimuler à nouveau la prostate, ce qui va peu à peu déclencher des contractions anales réflexes
5. etc.
Ce que vous pouvez faire est d’ajouter aux légères contractions anales, qui enfoncent le masseur dans le rectum, de légères contractions rectales (poussées) pour le replacer à sa position initiale. Plus la prostate est stimulée et plus vous en prenez conscience, plus elle va réagir, plus les contractions involontaires vont devenir puissantes et échapper à tout contrôle. C’est l’orgasme prostatique.

Bon cheminement @philaneros.