#24310
bzobzo
Participant

quelle douce musique aux oreilles que les gémissements de son corps!

les plaintifs s’élançant brièvement, que me fais-tu là, masseur, masseur…
plus tard les extatiques de plus en plus rauques qui n’en finissent pas (mes préférées)
ceux où l’on sent le travail, l’acharnement, la tension, la volonté de décoller,
d’autres encore, délicats et doux, émis comme des caresses vocales
et mille autres sortes, variété luxuriante,
par ma gorge, exprime ton animalité heureuse du moment,
mon corps, ma bidoche à la fête!

délicieuse séance encore ce soir, une heure et demie,
des orgasmes à la pelle dans la seconde moitié et deux super O.

A propos de ceux-ci, j’ai de plus en plus la conviction
qu’ils sont l’équivalent d’un jouissance avec éjaculation quelque part,
je veux dire qu’on se sent, pour parler un peu vulgairement,
les couilles complètement vidées
et on ne ressent plus aucun besoin sexuel après la séance