#24511
Avatareveilletajoie
Participant

@Lerris : je réponds dans ton topic originel pour garder mes avancées ici

Suite de mes expériences: un quatrième essai plutôt frustrant. La surexcitation liée à mon orgasme de samedi est restée très présente, une vraie obsession… avec en parallèle des contrariétés personnelles, un manque de sommeil et peu de disponibilité
J’ai passé deux heures éveillé en plein milieu de la nuit dernière, la tête pleine de fantasmes plutôt très hard (dur de trouver des images à la hauteur du plaisir que j’ai éprouvé, à mon avis c’est un vrai piège de partir dans le mental vu que la détente semble être une clé de l’accès au plaisir prostatique)
Bref, j’ai fini par me lever à 3 heures du mat’ en essayant d’être discret… premier essai avec une seringue de lubrifiant… 5ml c’est trop pour moi, l’effet patinoire a fait sortir l’aneros plusieurs fois lors des contractions volontaires de poussée, alors ce que j’avais adoré c’était justement la sensation de sentir la tête, plus épaisse, rester insérée quand je poussais et que le reste du corps ressortait
Trop rapide, trop fatigué, la tête trop pleine d’images hard… je me rends compte que j’ai pas mal de croyances, de conceptions, d’idées, à recâbler… dur de trouver mon juste milieu entre le sage yogi qui cultive l’amour envers soi-même et la bête lubrique et incertaine que ce premier orgasme a libérée
J’ai trouvé de très jolies choses dans les chansons de Depeche Mode, beaucoup évoquent cette dualité pureté/noirceur dans le sexe, l’amour, la spiritualité… et j’ai parlé à mon ostéo qui m’a rassuré (cf. post dans le topic de Lerris) sur la normalité de mes ressentis, l’énorme énergie libérée venant impacter à la fois le plus beau et le plus fêlé chez moi
Prochains essais à venir, je vous raconterai… en tout cas la quête du plaisir sexuel me semble un chemin extrêmement fort et direct de développement personnel et de découverte de soi