#24538
AndranerosAndraneros
Modérateur

@whattimeislove en répondant à votre question @jieffe dit :

Si j’ai bien compris, l’idéal est de ne pas manipuler le masseur à la main…

En utilisation solitaire, bien sûr mais, quand Madame est très excitée pendant nos ébats, ce qui est redevenu notre quotidien, elle touche, caresse, titille, agite, enfonce ou tire sur tout ce qui est à portée de ses mains et de sa bouche ! L’absence de poignée ne l’empêche pas d’inclure le masseur dans ses manipulations. Même en solo il reste la phase d’insertion du masseur, celle de l’extraction et les remises en place après des contractions ou convulsions particulièrement intenses.

Chez moi la butée périnéale a aussi tendance à glisser sur les côtés. Dans la mesure où à mon âge ma prostate a grossi, je pense que le masseur peut être gêné dans le rectum par le volume occupé ainsi et se trouve donc plus ou moins rejeté sur les côtés. Pour compenser j’ai utilisé un accessoire qui ne modifie pas le masseur mais le complète au niveau périnéal.

Il s’agit d’un bouchon en liège tout à fait normal, choisi pour la régularité de sa forme et la finesse de sa structure, au milieu duquel je creuse un trou perpendiculaire à l’axe longitudinal dont les dimensions permettent d’y glisser le rond en plastique situé à l’extrémité du bras périnéal. Lors de l’insertion du masseur le bouchon vient appuyer sur le périnée et ses dimensions ont deux effets :
– 1) elles stabilisent parfaitement le masseur entre les cuisses au milieu,
– 2) la pression du bouchon répartie sur une surface plus grande que celle de l’extrémité du masseur est plus douce, pour les modèles en plastique dur et en même temps mieux ressentie (plus de terminaisons nerveuses activées).
J’ai trouvé ce « truc » très efficace dans le cadre de mon apprentissage.

Le glissement du masseur sur le côté a été un problème. Ce n’en est plus un. Bon cheminement @whattimeislove et @jieffe.