#24549
JieffeJieffe
Participant

Merci Andraneros pour cette traduction. Ça me conforte dans mon approche du plaisir prostatique. Je pratique depuis peu la méditation, et ce qui est décrit ici s’en rapproche. L’auteur y fait même allusion. Être dans l’instant présent sans rien en attendre, être présent dans son corps. Ça a fonctionné lors de ma séance de reprise mercredi dernier. Je me suis allongé avec l’Aneros, le but étant surtout de me détendre, de m’offrir un moment pour moi, et rien que pour moi. Je ne m’attendais à rien de particulier, tout au plus j’espérais ressentir les chatouillis au niveau de ma prostate qui me restaient en souvenir. Et bien j’ai connu deux vagues de plaisir assez intenses, et très agréables. Il est vrai en revanche que je n’ai commencé à fantasmer qu’à l’apparition de la première vague, et ça m’a transporté. Avant cette première vague, je ne cherchais qu’à me détendre, et à ressentir les tensions dans mon corps pour chercher à les éliminer. Je rejoins donc l’auteur dans ce qu’il écrit dans son troisième épisode. Toutefois, j’utiliserais l’expression ‘garder son esprit libre’ avec prudence. Dans la méditation, on apprend qu’il n’est pas possible de ne penser à rien, donc de conserver un esprit vide. La seule façon de se vider l’esprit, c’est de rester concentré sur quelque chose de particulier, mais d’y être concentré à 100%. Bref, c’est un autre sujet, mais pour ceux qui voudront essayer, je pense que tenter de se contraindre à ne penser à rien est la meilleure façon de générer un flux continu de pensées…. 🙂 Je pense que le meilleur sujet de concentration dans ce cas là est notre corps. Ressentir notre corps, des pieds à la tête, les tensions, les douleurs, les choses agréables….etc. C’est aussi un peu l’approche de WhatTimeIsLove dans un de ces posts, mais en plus énergétique.