#24789
Avatarmichdalm
Participant

Bonsoir à tous,
Merci pour vos retours sur cette intense session.
Pour réponde à @Jieffe, je suis tout à fait d’accord avec toi. Ce tempérament analytique et technique a été assez difficile à juguler pour avancer dans mon cheminement. Cà a d’ailleurs été remarqué dans vos précédentes réponses.
Comme tu le dis si bien nos sensibilités sont différentes les uns des autres, à chacun de les appréhender pour mieux se découvrir. Je ne doute pas que connaitra bientôt ces sensations. Tu me sembles bien parti en tout cas de la façon dont tu as décris et apprécier le plaisir que tu as pu ressentir lors de ta première séance de reprise.

Andraneros,
Ma phase maladroite d’hier est en fait la transcription des craintes que j’ai exprimé dans mon premier post, à savoir un rejet voire un dégout dans les yeux de la personne qui partage ma vie depuis tant d’année : son mari, père de son fils qui le plaisir anal !
Mais cela ne veut pas dire que je ne veux pas lui expliquer.
Je survole un peu dans ce même message le fait que le tempérament sexuel de ma femme est très sage, trop peut être.
Elle n’accroche pas trop aux nouvelles expériences. Je peux compter sur les doigts de la main le nombre de fois qu’elle a utilisé le vibro que je lui ai acheté. J’ai essayé de nombreuses fois d’en discuter avec elle, de lui proposer d’avoir l’initiative mais sans grand succès.
Je sens tout de même un gros décalage entre ma libido (boostée depuis mes aventures prostatique) et la sienne.
Votre point 4 est tombé juste, lors nos derniers ébats, elle a remarqué un changement chez moi quand je lui faisais l’amour, que j’avais eu « l’air de prendre plus mon pied que d’habitude », je cite. Et elle n’a confirmé avoir aimé ça sans creuser plus.
J’ai expliqué que je m’exerçais à des exercices de Kegel pour lui donner plus de plaisir et à moi aussi. Malgré la complicité, à ses intonations, je n’y ai pas vu une invitation à m’ouvrir sur le sujet de la prostate.
Peut-être est-ce par ce biais que je pourrais présenter la chose plus tard quand le moment sera propice. Je vais aussi creuser vos différents conseils pour envisager d’autres approches.
Elle a commencé un nouveau travail prenant et épuisant, j’ai une grande envie de partager ça avec elle mais sa fatigue générale et sa sensibilité à fleur de peau actuelle ne permettent pas d’aborder le sujet posément.

Quand au Womanizer, ah qu’est ce que j’aimerai qu’elle s’abandonne en me laissant la titiller encore et encore jusqu’à l’explosion !