#24901
AvatarVoyageur
Participant

Merci encore pour les messages de soutien. Je vais continuer encore un peu mon témoignage. Comme je l’avais dit au début, il s’agit d’un encouragement aux autres débutants comme moi. J’espère qu’il en aidera comme d’autres témoignages ont pu m’aider.

Le WE fut propice à explorer encore une fois ces nouvelles sensations. Samedi, toutes les conditions sont réunies pour un super voyage. Mais bizarrement je ne retrouve pas la puissance des plaisirs que j’ai pu connaître les jours précédents. Je crois que c’est étrange pour moi, car dans l’orgasme masculin habituel, même si il y a des intensités différentes, la masturbation garantit au moins une explosion de plaisir. J’ai néanmoins pris beaucoup de plaisir à cette session. Même si il n’y a pas eu d’orgasme à proprement parler. Mais ce petit « échec » m’a permis de faire deux découvertes.

La première est qu’à mon stade (mais c’est peut être la même chose avec plus d’expérience), l’orgasme n’est pas garantit. Donc, il me faudra vraiment garder à l’esprit que chaque voyage est une surprise. Qu’il y aura du plaisir, mais que je ne dois pas trop m’attendre à quoi que ce soit.
Bizarrement je sors de cette session pas si frustré que ça. C’est une bonne chose. En fait, j’en sors excité. Et je sens mon corps en alerte. Mais il me faut prendre la route.

Et là, seconde découverte. La conduite nocturne, le calme de la route, les vibrations, tout cela fait monter des vagues de chaleur dans mon bas ventre. Si je n’étais pas au volant. Je pourrais jouir. Et je n’ai pas d’Aneros sur moi. Donc, je sens que mon corps pourrait apprendre à jouir sans. J’ai lu que c’était possible. Un jour peut être. Evidemment je vais éviter de trop pousser l’expérience au volant. 🙂

Tout le reste de la soirée, je reste en « éveil ». Et la nuit aussi. De petites vibrations me réveillent de temps à autre. Je baigne dans une chaleur permanente.

Le dimanche, je n’y tiens plus. Tant pis pour la promesse de respecter deux trois jours de repos. Mon corps ne se calme pas. Il me faut y retourner. Comme l’appel de la forêt pour les loups.

Session extraordinaire. Les orgasmes sont violents et se succèdent. Je n’ai jamais connu de plaisir pareil lors de mes sessions précédentes. Et je comprends mieux pourquoi certains disaient qu’on finit par arrêter par épuisement physique.

Seconde session le dimanche soir, de magnifiques orgasmes encore une fois.

J’atteints des sommets – mais est-ce que ce sont des sommets – de plaisir.

Je m’interroge sur un point. Et j’aimerais bien que quelqu’un puisse y répondre – si une réponse existe.
Lors de ces nouveaux orgasmes, plus forts que les précédents. Mes abdos se sont tendus, et mon corps s’est soulevé du sol. C’était fantastique mais… j’ai l’impression que si je pouvais retenir la tension des abdos, je pourrais faire durer la montée de plaisir encore plus. Est-ce que je me trompe. Est-ce que cette tétanie des abdos devient inéluctable et fait partie de l’orgasme ? Je ne sais pas si ma question est claire, mais bon, si vous vous l’êtes posée, n’hésitez pas à partager votre sentiment là-dessus.

En tout cas encore merci, car sans vous je n’en serais pas là. Je suis évidemment heureux que mon exploration avance finalement facilement. A nouveau, ce WE m’aura confirmé plusieurs choses. Relaxation. Ne rien attendre. Laisser faire au maximum. Faire attention de ne pas trop contracter.