#24918
AndranerosAndraneros
Modérateur

L’intérêt sans cesse renouvelé d’un journal, même « petit », @jieffe, vient beaucoup moins des informations inédites qu’il apporterait que des conversations qu’il permet d’engager d’une part entre son auteur et lui-même, d’autre part entre son auteur et ses lecteurs et enfin entre chaque lecteur et lui-même. En relatant tes sessions, tes interrogations, tes découvertes, tes blocages, tes doutes, tes progrès, tes envies tu feras ton cheminement à la fois en tant qu’acteur et en tant que spectateur de ton plaisir.

Acteur, tu tiendra tous les rôles comme scénariste, réalisateur, accessoiriste plus ou moins bien aidé par ton entourage, encouragé par tes lecteurs, critiqué aussi par ces derniers. Spectateur, tu prendras, si tu le peux, un peu de recul pour nous dire ce qui était bien, ce qui reste à améliorer, ce qui ne te paraît pas fonctionner, pour nous dire pourquoi tu regarderas l’épisode suivant ou non.

Ce sont ces conversations qui seront passionnantes et contribueront à enrichir le forum.

Comme pour beaucoup d’entre nous ton cheminement n’est pas linéaire. Comme beaucoup d’entre nous tu tends à reproduire, malgré toute ta bonne volonté, des comportements dictés par une certaine attente du résultat souhaité. Cette attente, même non formulée, nourrit l’impatience qui nourrit la frustration qui conduit à vouloir forcer un résultat.

je ne parviens pas à reproduire ces sensations,

Le plus difficile quand on progresse lentement est précisément de ne pas chercher à reproduire un résultat, « ces sensations », mais seulement les conditions dans lesquelles ce résultat est apparu.

je ne ressens pas de contraction involontaire, cela ne m’inquiète pas vraiment non plus, ayant ressenti du plaisir sans, et considérant que je débute je me dis que ça viendra. Sauf ce WE, il me semble que j’en ai eu, mais là est ma question, elles étaient assez violentes. Pas douloureuses, pas gênantes, mais violentes. L’Aneros rentrait quand même pas mal dans mon fondement à chaque fois.

Ta question comporte la réponse et illustre ce que je dis plus haut. Tu as bien eu des contractions involontaires mais tu n’as pas eu celles que tu attendais… L’absence de micro-contractions initiales peut être la conséquence d’une tension musculaire dont tu n’as pas conscience. Les contractions involontaires très puissantes, qui te donnent l’impression que ton masseur te pénètre profondément sont normales. Tu n’en ressens pas de plaisir parce qu’elles te font peur, parce que tu dois te contracter et tout bloquer quand elles se produisent.

Il y a des contractions différentes selon les moments, selon les sessions. Les témoignages nous disent
– que généralement les premières contractions sont plutôt légères et font naître un plaisir qui va s’amplifier par la suite,
– que généralement les contractions violentes sont associées à un plaisir intense.
Mais ce n’est pas du tout obligatoire. Certains vivent des orgasmes pendant lesquels la perception des mouvements du masseur renouvelle la jouissance à chaque coup ressenti sur la prostate. D’autres vivent des orgasmes enveloppés dans la jouissance en dehors de laquelle plus rien n’existe, les orgasmes de mer calme, « calm seas orgasms » en anglais.

Si le « do nothing » (détente aussi profonde que possible, sans rien faire, pour laisser à son organisme le soin de ressentir la présence du masseur, initier par réflexe les micro-contractions qui vont faire apparaître les premières étincelles du plaisir et par réaction des contractions et une jouissance de plus en plus intenses) ne donne pas de résultat en ce moment, N’hésite pas à utiliser les contractions volontaires légères d’autant plus que tu nous dis les maîtriser plutôt bien.

La méthode du préservatif suppose à mon avis une double lubrification sur le masseur à l’intérieur du préservatif mais aussi soit à l’extérieur du préservatif, soit dans le rectum.

A très bientôt et bon cheminement @jieffe.