#24956
bzobzo
Participant

Notre plaisir pénien est à mon sens moins complet, et c’est pourquoi nous courrons toujours après une relation, comme pour terminer le travail, aller jusqu’au bout de notre plaisir.

pauvre de nous, notre plaisir sexuel, pénien comme tu l’écris,
c’est à peine plus que la satisfaction d’un besoin physiologique

c’est que leur plaisir est plus intense, plus plein, plus vaste, plus satisfaisant.
Elles sont plus repues de plaisir que nous après une relation

le plaisir sexuel chez la femme, il me semble,
va bien au-delà de la satisfaction juste de besoins physiologiques,
ceci explique peut-être cela

personnellement j’ai trouvé un équilibre sexuel, un certain épanouissement,
fragiles certes mais bien réels, je crois,
malgré que je n’ai plus de relations sexuelles depuis quelques années,
je ne me masturbe jamais, le désir « pénien » est mis en sommeil autant que possible, pas de porno
et même quand je regarde un film (et j’en regarde beaucoup car je suis cinéphile)
s’il y a une scène trop torride, trop suggestive,
je détourne le regard, je coupe le son, j’évite au maximum tout ce qui peut donner la trique
et éveiller le désir

ainsi mon énergie sexuelle est préservée au maximum pour le massage prostatique
et c’est sur lui que je compte entièrement pour le moment pour m’apporter toute ma nourriture sexuelle,
cela marche assez bien mais c’est fragile et c’est une voie étroite,
surtout depuis un certain temps où je dois apprendre à espacer mes séances
pour échapper au risque de perte de sensations

il n’y a pas grand choix, j’ai choisi cette voie,
elle me parait infiniment plus intéressante, plus riche,
que le cercle infernal du vide-couilles à la force du poignet
qui est une bien pauvre façon de dépenser son énergie sexuelle,
qui soulage momentanément mais creuse les frustrations, appauvrit tout son être intérieur

c’est bien sûr autrement plus complet et plus facile
d’avoir une relation sexuelle avec un, une ou des partenaires
et à côté avoir une vie sexuelle prostatique, les deux se nourrissant et s’enrichissant mutuellement

il faudrait que je m’y remette
mais ce n’est pas facile de se « remettre dans le circuit »
après plusieurs années d’absence dans le ring