#25035
JieffeJieffe
Participant

Bonjour bzo,

Et bien j’en suis là de mes réflexions et de l’orientation que je veux donner à mon apprentissage. Je te rejoins complètement.
Je pense que comme beaucoup de domaines, on peut avoir envie d’une chose un jour, et d’une autre un autre jour. Cela est valable pour la nourriture par exemple, et c’est flagrant chez moi pour la musique. Il arrive que certains jours j’ai très envie d’écouter un artiste, et je prends un grand plaisir à l’écouter, alors que le lendemain ou la semaine suivante je vais m’ennuyer à l’écoute du même album.
Et bien il en va de même je pense pour le plaisir, qu’il soit prostatique ou autre. Quelques fois on a envie de douceur, quelques fois de brutalité. Je pense qu’il faut faire confiance à son instinct, et si l’on se trompe, comme tu le dis, ça n’est pas grave. Et ça ne veut pas dire qu’une démarche qui ne fonctionne pas un jour ne fonctionnera jamais.
Je pense qu’il faut un peu abandonner l’approche trop scolaire, tout en respectant certains principes, au moins au début, et adapter sa pratique en fonction de ses ressentis et envies. En tout cas, c’est ce que j’ai commencé à faire, et je pense que je vais me diriger plus dans cette voie.

ainsi la vérité d’un jour, n’était que
la vérité d’un jour…

Et peut-être d’un autre jour

Tout ça m’emmène à une autre réflexion sur tes craintes de te lasser de ta pratique. Il semblerait que le plaisir prostatique offre une palette de saveurs immense, voire infinie, et si l’on tient compte du fait que nous n’avons pas toujours envie de la même chose, alors chaque séance est unique, prévenant la lassitude. Cela suppose que nous fassions confiance à notre instinct et que nous n’hésitions pas à explorer toutes les envies qui nous passe par la tête, au risque de se planter.

Ça peut-être une bonne idée la caméra. Je serais effectivement curieux de voir ça.

Merci encore bzo pour ces retours, c’est important pour des débutants comme moi, même si comme tu le dis ce n’est pas un traité.