#25045
bzobzo
Participant

J’ai découvert la sensibilité des seins souvent décrites, et bien c’est magnifique. J’avoue qu’à y regarder de plus près, je me sens un peu ridicule à me caresser les pectoraux et me pincer les tétons, mais c’est si bon qu’on s’en fout.

il y a un moment , ce n’est plus ton corps que tu vas sentir,
tu vas sentir dans tes mains un autre corps avec des rondeurs, des courbes partout,
ta façon de bouger sera différente,
ta façon de respirer sera différente, ta peau sera différente sous tes doigts,
ta façon de gémir sera différente

tu adoreras prendre tes seins des deux mains, les presser, les pincer,
sentir comme ils se gonflent et durcissent sous tes doigts,
descendre lentement les mains le long de tes flancs,
sentir la courbe affolante d’une chute de rein

tu seras offert, ouvert, tu seras mouillé entre les jambes,
tes hanches bougeront lascivement au rythme des caresses
et des pressions du masseur sur la prostate
et le plaisir montera inlassablement de tes profondeurs
comme les vagues d’un océan lointain

Alors non je ne reste pas statique, mais je reste prudent. Lors de mes premières séances, le fait de me caresser à fait avorter la montée de plaisir. Après réflexion, je pense que c’est parce que j’ai essayé de déclencher le plaisir par les caresses, alors que les caresses font monter le plaisir une fois qu’il est là, même au stade embryonnaire.

tu as raison, il faut y aller graduellement,
trop se caresser peut par moments être contre productif

les caresses doivent être accompagnées du relâchement dans la tête
et de se laisser aller à ses pulsions sans arrière-pensée,
je commence à me caresser et déjà elle est là qui prend le relais très rapidement
pour diriger mes doigts