#25068
AndranerosAndraneros
Modérateur

Tu nous dis le 19 décembre @jieffe :

Ces mouvements déclenchent je pense les vagues de plaisir que je ressens. Viens ensuite le plaisir à proprement parlé, et là, je ressens l’envie de me caresser. J’ai rapidement fait allusion à ça, mais c’est vrai que je n’ai rien précisé. Lorsque je ressens du plaisir, je laisse faire, et bien souvent je soulève mes fesses, relève mes jambes, me caresse, les hanches, le corps, et les seins. J’ai découvert la sensibilité des seins souvent décrites, et bien c’est magnifique.

Et :

Lors de mes premières séances, le fait de me caresser à fait avorter la montée de plaisir. Après réflexion, je pense que c’est parce que j’ai essayé de déclencher le plaisir par les caresses, alors que les caresses font monter le plaisir une fois qu’il est là, même au stade embryonnaire.

Tu complètes le 20 décembre :

Je décide de me mettre dans cette position pour voir, et parce que j’en éprouve le désir… je me rends compte que lorsque je fais des essais parce qu’ils sont conseillés, parce que je les ai lu sur ce forum, il est rare qu’ils fonctionnent. En revanche, hier par exemple, en analysant froidement, j’avais envie de cette position, même si ce n’était pas totalement clair dans mon esprit à ce moment là… Que tout les conseils que l’on peut lire ici fonctionnent, bien évidemment, mais il faut en avoir envie, sans quoi ils ne sont pas obligatoirement efficaces.

Tu es très exactement dans une forme de lâcher prise. Ta session n’est plus en mode cérébral ; tu te laisse emporter par ton ressenti. C’est une étape importante de plus dans ton cheminement. La preuve :

Je dois faire une ou deux contractions, et la, le plaisir arrive, contractant mon anus assez fort, et je ne parviens que difficilement à le relâcher. En fait, je n’en ai pas vraiment envie. Puis viennent je pense des contractions involontaires, qui se traduisent plus par un maintien assez long d’une bonne grosse contraction qui me fait du bien, et des coups plus forts encore, espacés. Nous ne sommes pas ici dans ce que j’ai pu lire sur des contractions de type tremblements, vibrations, mais plutôt sur des contractions fortes, maintenues et qui apparaissent d’un coup. Et là c’est bon, je bouge mon corps, mes fesses, ces mouvements font très certainement bouger le masseur, je le sens en moi fouiller et farfouiller. Le plaisir monte, monte… je m’entends penser « oui, oui, ouiiiiiiii…. ». Vous voyez ce que je veux dire?
Je ne pense pas avoir connu d’orgasme, je ressens qu’il y a quelque chose derrière. J’ai l’impression que ça n’aboutit pas, mais je fais peut-être encore trop l’analogie avec l’orgasme pénien, qui lui a une fin « explosive ». C’était excellent et je ne saurais dire combien de temps ça a duré, mais le plaisir est resté, a varié d’intensité dans ce laps de temps. Je ne contrôlais plus les contractions, je laissais faire. Juste de temps en temps je relâchais tout pour que ça revienne mieux.
Je sais qu’un fois que ça s’est calmé, je suis resté un petit moment la tête dans l’oreiller, hébété.

C’est un orgasme prostatique à mon humble avis. Un véritable orgasme prostatique, dont la perception est très différente de cellle de l’orgasme libérateur avec éjaculation. Tu dois absolument te mettre en tête que maintenant tu sais ce qu’est un orgasme prostatique. L’intensité de te jouissance ne change rien à sa nature. Quand tu ressentiras les mêmes vagues de plaisir lors de tes prochaines sessions tu pourras sourire et être fier de vivre une nouvelle forme de jouissance qui va prendre de plus en plus d’intensité, de plus en plus d’ampleur, se prolonger de plus en plus et se répéter à volonté au fil de tes sessions. C’est formidable @jieffe. Pense que ce n’est que le commencement !

Même si ce n’est pas nécessaire je confirme ce que t’ont dit @bzo et @voyageur. Bon cheminement @jieffe.