#25183
AvatarVoyageur
Participant

Ca y est Bzo, je crois que j’y suis – A moins que ça puisse être encore plus puissant. Voici ma séance d’hier ! Ho que c’est bon. Pourquoi ai-je donc mis tant de temps à découvrir ce plaisir ! Que d’heures perdues… Mais bon, je vais rattraper tout ça.

Hier soir. Deux découvertes…

Jusqu’à là je n’ai réussi qu’à jouir sur le dos. Les autres positions – sur le côté, sur le ventre apportaient du plaisir, mais jamais d’orgasmes.
Ayant envie de commencer en douceur, je décide donc de façon inhabituelle de me mettre sur le ventre. Premières sensations, premières chaleurs, ça monte vite, plus vite et plus fort que d’habitude. Ca vient. C’est trop bon. Bang ! Premier orgasme. La première fois que ça m’arrive dans cette position. Et que c’est bon ! Mais ça n’est pas fini. Après l’orgasme, mon corps ne se calme pas, les vagues continuent, ça revient. Ca remonte. Et un second encore plus fort. Puis j’ai cessé de compter. J’ai essayé de ne pas hurler. J’ai enchainé des orgasmes de plus en plus puissants. Je ne sais pas combien de temps ça a duré, peut être une heure. C’est comme si l’Aneros avait pris l’ascendant sur moi et décidait ce qu’il fallait faire. C’était génial. De la position allongée sur le ventre, mon corps s’offrait de plus en plus. Je me voyais obligé de lever les fesses à chaque nouvel orgasme comme si le jouet voulait plus profondément rentrer en moi. Les voilà donc ces supers O qui s’enchaînent. C’est magique. M’apercevant que je peux jouir dans d’autres positions que sur le dos, je décide d’essayer accroupi. Et bang encore un orgasme. Je me mets à genoux sur un coussin, le haut du corps sur le lit et là je suis littéralement emporté dans un orgasme dont la puissance surpasse tout ce que j’ai pu connaître. Il dure une ou deux minutes m’arrache un cri que j’étouffe dans le drap. Je suis KO. Je m’allonge sur le côté pour reprendre mes esprits, mais là encore le jeu ne s’arrête pas comme ça. Le plaisir remonte et je subis encore un orgasme. Je voudrais presque que ça s’arrête tant mon corps est à bout et en feu. Je me mets sur le dos. Ca revient. Ca remonte encore. Je ne peux même pas arrêter le processus. Il me faudrait enlever ce jouet. Et je vis à nouveau encore un orgasme plus puissant que les autres. Mon corps se soulève. J’ai l’impression que l’Aneros est sorti de moi tant je me suis ouvert. Ca dure. Ca dure. Je m’effondre. Mais un second orgasme vient prendre la relève. Cette fois-ci je suis vaincu. Je finis par m’endormir. J’ai oublié d’enlever l’Aneros. je serai réveillé trois fois dans la nuit par des orgasmes. Quelle aventure ! Tu avais raison bzo.

En conclusion. Au-delà du plaisir presque inracontable des orgasmes multiples, j’ai aussi découvert que je peux aujourd’hui jouir dans différentes positions. J’ai même pu me masturber sans faire cesser le plaisir – en évitant d’aller jusqu’à l’éjaculation.

Un grand merci à vous lecteurs, mais aussi au traité de l’Aneros sans qui je n’en serais pas là. Quelle évolution en quelques semaines !